Navigation – Plan du site

Bowen John R., L’Islam à la française. Enquête Paris, Steinkis éd., 2011, 382 p. Traduit de l’anglais par Frédéric Sarter

Abderrahmane Moussaoui

Texte intégral

1Après un premier ouvrage sur l’islam d’Indonésie où il a vécu plusieurs années, l’anthropologue américain, John R. Bowen semble s’être spécialisé dans l’étude des processus d’adaptation de « l’islam transplanté » aux normes et valeurs des sociétés occidentales.

2Formé aux États-Unis, à l’université de Stanford et à celle de Chicago, John R Bowen passera deux années (1973-1974) à l’École pratique des hautes études à Paris (en 1973-1974) pour se spécialiser dans les études comparatives sur l’islam en situation minoritaire. Sa formation et sa longue fréquentation du monde de l’islam (plusieurs années passées en Indonésie) le qualifient pour aborder les angles morts d’un sujet souvent brouillé par la polémique

3La France constitue, à ses yeux, un terrain privilégié du fait de l’ancienneté de la présence des musulmans sur son sol et de l’importance de cette population issue pour l’essentiel de ses anciennes colonies. Cette population se heurte pourtant en France à de fortes résistances juridiques et culturelles en raison de la conception de l’espace public et de ses modes d’organisation. Pour l’auteur, le multiculturalisme britannique, par exemple, offre plus de souplesse. Il permet « la création d’institutions islamiques, plus que ne le permettraient les traditions françaises de laïcité ». (p. 24). De telles réalités font qu’en France, plus que partout ailleurs, l’innovation religieuse apparait plus active. Négociant avec ces contraintes, les populations musulmanes vivant dans l’hexagone, essayent d’inventer, au quotidien, les manières de faire converger les modes de vie islamique et occidental.

4C’est cette spécificité du cas français qui avait amené l’auteur à lui consacrer un premier ouvrage déjà, sur la question du foulard islamique (Why the French Don't Like Headscarves: Islam, the State, and Public Space , 290 p. Princeton University Press.) avant de publier en 2010 le présent livre (traduit en français en 2011). D’une certaine manière, ce travail prolonge et complète celui consacré au voile qui avait servi de travail exploratoire. Tous les deux tentent de répondre à la même question, celle de savoir si les musulmans pouvaient « devenir des citoyens à part entière » (p. 17).

5Dans le présent travail, ce professeur au département d’anthropologie à l’université de Washington tente de percer les mécanismes que les leaders des musulmans de France mobilisent pour rapprocher les conduites des fidèles des normes socialement admises en Occident.

6Fruit d’un long travail de terrain, de lectures et d’échanges avec les spécialistes de la question, l’ouvrage est de ce point de vue, une véritable enquête ethnographique, comme le précise son sous-titre. À travers entretiens, témoignages et observation participante, l’auteur tente de mieux comprendre comment les « acteurs publics islamiques » débattent et réfléchissent pour façonner une islamité à la française

7Pour ce faire, l’auteur a privilégié, parmi ces musulmans, un sous groupe, dont la particularité est d’œuvrer à ancrer durablement l’islam en France Il s’agit « des savants, des éducateurs et des personnalités publiques » (p. 16) auxquels l’’auteur dit avoir tendu son oreille ; et, ce sont quelques unes de leurs réponses et la longue observation de leurs attitudes et conduites qui constituent la matière principale de ce travail.

8Comme dans ses ouvrages antérieurs sur la France, comme sur l’Indonésie, ce qui intéresse John Bowen, c’est pratiquer ce qu’il appelle « une anthropologie des raisonnements publics », démarche qui consiste, selon l’auteur, à observer au plus près « les interactions en cours dans la vie sociale » quand un imam ou un enseignant tente d’argumenter ou de convaincre. C’est dans ce même esprit que John Bowen s’intéresse aux références mobilisées par les différents acteurs et aux manières de les présenter dans les différentes espaces (mosquées, écoles, réunions publiques Internat etc.).

9L’auteur part d’une conviction qui justifie son usage de la formule « raisonnements publics ». Pour lui, c’est dans « la façon dont les individus délibèrent » publiquement pour justifier et légitimer leurs pratiques qu’il entrevoit le chemin pour parvenir « à des formes pluralistes d’une intégration civique » (p. 18)

10Ces acteurs publics, impliqués dans les processus de délibération et de justification des normes et des conduites en Islam, naviguent constamment entre deux rives : la référence transnationale qui tient compte des normes et traditions connues dans le monde de l’islam d’une part et la référence locale fondée sur les valeurs nationales, en l’occurrence, françaises, d’autre part.

11Au-delà de l’intérêt ethnographique, la pertinence de ce genre de questionnement dépasse de loin le cadre et l’exemple français. Le débat concerne le monde musulman d’une manière générale. Ici, comme ailleurs, les musulmans s’appliquent tous les jours à essayer de faire coïncider les modes de vie locaux et contemporains avec les normes textuelles et les traditions historiquement constituées. Plus que la réalité vécue, ce sont les « nouveaux répertoires d’évaluation dans le champ islamique » qui intéressent notre auteur (p. 27). Plus que les idées, ce sont « les raisonnements publics » qui les portent et les contextes sociaux dans lesquels ils se déploient qui sont ici au centre du questionnement. Pour répondre à ce programme, John Bowen divise son travail en trois parties (inégales du reste !).

12La première partie, d’une soixantaine de pages tente de camper le décor, en dressant les contours de l’islam de la république et l’historique du façonnement du paysage de cet islam désormais français. Elle vise à établir un lien entre les trajectoires des populations musulmanes et leurs stratégies d’adaptation ; pour ensuite s’attarder sur les « acteurs publics islamiques », ceux dont la fonction première et les activités publiques se veulent en lien privilégié avec les préoccupations des populations musulmanes.

13La seconde partie (172 p.) est consacrée aux espaces et lieux de l’islam en France. L’auteur nous montre, exemples à l’appui, le quotidien des mosquées et des personnalités qui les encadrent. Il nous montre également les lieux (mosquées écoles et instituts) et les procédés de fabrication d’un savoir adapté à la France. Ces actions sont portées, pour l’essentiel, par des individualités issues des populations d’origine nord africaine dont l’ancrage en France est plus ancien et plus affirmé.

14La description du fonctionnement de trois mosquées à Paris et à Lyon illustre remarquablement bien le rôle que peuvent jouer de telles institutions dans la constitution des réseaux sociaux et dans les luttes politiques, au-delà des frontières ethniques et des références nationales. Le personnel de ces mosquées se trouve souvent interpellé pour d’une part combler un vide en matière de transmission et d’enseignement de la culture religieuse, et d’autre part adapter cet enseignement à la réalité du vécu occidental. En tentant de répondre aux préoccupations politiques et sociales contemporaines, les agents et figures rattachées à ces mosquées procèdent à une constante relecture des fondamentaux et à une confrontation continue des différents sources.

15Cette partie du livre montre également combien la mosquée est présente dans les multiples espaces du quotidien de ses fidèles répondant à un éventail diversifié de demandes et besoins : mariages, enterrements, apprentissage de la langue arabe et des rudiments de l’islam. La mosquée, par le biais de ses représentants, conseille les époux et sert quelque fois d’agent de médiation dans les conflits privés. Ses agents sont, dans une large mesure, des sortes de travailleurs sociaux. Plusieurs mosquées octroient des aides sociales aux plus démunis grâce aux fonds collectés par le biais de la zakât et des dons. Ces fonds sont redistribués aux nécessiteux et contribuent quelquefois à soutenir d’autres projets comme l’octroi de bourses aux étudiants et la prise en charge d’une partie des frais de leurs études. Les trois mosquées habilitées à certifier le halâl (Lyon Evry et Paris) en tirent des revenus considérables qui leur permettent d’être plus présentes encore sur ce terrain.

16Si leurs rôles sont à peu près semblables, ces mosquées se distinguent toutefois, assez souvent, par leurs colorations ethniques, la caractéristique de leurs loyautés politiques et leurs obédiences religieuses. De nombreuses mosquées sont au centre d’enjeux politiques âprement disputés par les États du Maghreb qui sont dans une concurrence permanente en vue d’y asseoir leur influence respective. Les mosquées africaines paraissent plutôt proches des organisations confrériques soufies, tandis que les mosquées turques restent plus étroitement liées aux partis politiques de leur pays ; et, de ce fait, semblent plutôt à la recherche d’une intégration communautaire que d’une intégration à la société française.

17Mais, c’est dans la troisième et dernière partie (120 p.) que l’auteur s’attaque plus directement à l’objet central de son travail en exploitant la matière première de ses questionnements et recherches. Après avoir retracé l'histoire des parcours de vie des musulmans en France et les réactions des pouvoirs publics selon les conjonctures ; après avoir restitué les forces qui ont informé le paysage actuel de l'islam en France, l’auteur consacre cette dernière partie aux dilemmes auxquels sont confrontés les populations à référence islamique et aux débats et controverses auxquels ceux-ci donnent lieu. Deux discussions autour de questions estimées cruciales sont principalement examinées, à la fois dans la forme générale du raisonnement et dans la constitution du discours de justification : le mariage et le prêt bancaire avec intérêt

18Le mariage et son corollaire, le divorce, feront alors l'objet d'une longue démonstration de la confrontation des logiques étatiques et des logiques des musulmans. Que doit-on privilégier le mariage religieux ou le mariage civil ? Dans quel ordre de priorité doit-on célébrer l’un ou l’autre ? Divorcer à la mairie suffit-il à faire cesser le lien du mariage scellé religieusement ? Autant de questions qui trouvent des réponses dans les formulations et les justifications, sans cesses affinées, pour être, ou au moins paraître, en conformité avec les règles et normes édictées.

19Le second exemple qui servira la démonstration est celui de l'emprunt bancaire, question étroitement liée à celle de l'intérêt considéré en islam comme de l’usure (ribâ) ; et, à ce titre, frappé du sceau de l’illicite. Faut-il permettre au musulman de contracter un prêt avec intérêt quand il s'agit d'acheter sa maison ? Oui disent ceux qui pensent que cela lui permettait de quitter les zones insalubres qui rendent difficiles la pratique de son culte. Non !, répondent les détracteurs qui ne voient pas l’achat comme un impératif quand il y a possibilité de louer. Pour concilier les deux, tontines et autres bricolages financiers sont suggérées pour éviter le ribâ.

20Au delà des polémiques internes aux musulmans se réclamant de différents courants, il y aurait, selon l’auteur, un souci partagé par tous les musulmans, celui de justifier leurs façons de vivre aux yeux des non musulmans avec lesquels ils partagent le même espace. Ce souci est bien perçu et soutenu par les savants musulmans à la parole autorisée comme le célèbre al-Qaradhâwî. De plus en plus, ces prédicateurs transnationaux tentent d'asseoir un droit et une jurisprudence spécifiques aux minorités musulmanes (fiqh al-aqalliyât) vivant dans les sociétés à majorité non musulmane, notamment occidentales. Toute leur argumentation est basée sur la théorie des finalités (al-maqâid). À leurs yeux, ces exceptions à la règle sont tolérées afin de permettre au musulman, hors sa demeure, d'acquérir les moyens de bien vivre son islam ; et, cette finalité-là est au-dessus de tout.

21Ce fiqh des minorités ne rencontre pas que des adeptes. Ses opposants estiment que l'islam n’est pas modulable en fonction de l’espace ; et que si les musulmans éprouvaient de réelles difficultés à vivre leur islam des terres non musulmanes, ils se doivent de les quitter. L'objection principale est que ce discours sur les minorités porte atteinte à l'universalité de l'islam.

22Ces polémiques réactivent une problématique ancienne et bien connue en islam ; celle du statut de la norme. Cette dernière peut- elle, doit-elle, s’adapter à l’espace et au temps ou demeurer la même partout ? Décider de l’adaptation de la norme c’est admettre l’éventualité de s’en écarter. Qui est habilité à le faire et jusqu’où peut il aller sans risque ? Autant de questions anciennes et constamment renouvelées qui sous tendent les raisonnements et partant le choix entre les deux postures traditionnellement connues, celle littéraliste et celle dont l’objectif demeure l’intérêt général (al-malaa). C’est cette dernière tendance que semblent choisir les acteurs en question, en s’appuyant sur une vaste littérature privilégiant les finalités (al- maqâid) dont la figure du faqîh andalou al-Shâibî (XIVe siècle) demeure la référence première.

23Cette approche des maqâid privilégie les questions des relations sociales (muʻâmalât) sur les règles d’observance (al-ʻibâdât). Portée par un certain nombre de savants musulmans contemporains, elle semble jouer un rôle de premier plan dans les débats actuels, autour notamment de la modernité et des potentielles transformations que celle-ci induit. À la suite du maître, les adeptes de cette approche considèrent que la sharîʻa sert essentiellement à protéger les cinq universaux (al-kulliyât) que sont la religion, l’âme, la raison, la descendance et les biens ; opérant ainsi une distinction entre ces nécessités (al-arûriyât) d’une part et les besoins (al-aytiyât) et les améliorations (al-tasîniyât) d’autre part. Les premières sont des principes intemporels et donc immuables ; tandis que les seconds ne sont que les moyens mobilisés historiquement pour réaliser les finalités premières ; et à ce titre susceptibles de changer. Autant l’accomplissement de la prière est nécessaire pour la préservation de la religion, autant des aménagements s’imposent selon les besoins humains : voyage, maladie, guerre etc. Une telle posture permet des débats souvent féconds dans les processus d’adaptation des préceptes et du réel. C’est pour l’essentiel ce que tente et réussit à nous dire l’anthropologue John Bowen.

24Les quelques réserves qui peuvent être faites à cet ouvrage, par ailleurs riche en informations et en suggestions, demeurent liées au choix et à la posture méthodologique un peu trop empathique privilégiant et positivant en général le point de vue des enquêtés. Curieusement, les acteurs publics non respectueux des règles n’apparaissent qu'en creux et ne sont jamais abordés de front. Le lecteur aurait souhaité connaître un peu plus sur la réalité de ceux au nom desquels se prennent les décisions les plus extrêmes ; et qui suscitent les discours les plus radicaux. Existent-ils ?

25Dans quelle mesure, l’éclairage par le haut et l’approche discursive suffiraient-elles à saisir les processus sociologiques, voire anthropologiques, de l’islam en France. Les acteurs du bas sont tout autant acteurs dans la fabrication et la transformation des messages. Ils puisent de plus en plus dans le large éventail qu’offrent désormais les nouveaux moyens de communication. L’exemple de l’engouement pour le jihad de certains groupes montre bien sinon l’échec, au moins la limite de l’influence des acteurs à la parole autorisée.

26La thèse qui explique l’avancement et le développement de la référence identitaire, comme conséquente à la fin de non recevoir des demandes d’intégration exprimées par la marche des Beurs et autres tentatives d’intégration, est séduisante. Elle reste cependant toute relative, car cette radicalité dans l’exhibition de la référence identitaire est concomitante à un mouvement plus large dépassant largement la problématique française et concernant l’ensemble du monde musulman. De ce point de vue, l’approche par la mondialisation aurait pu éclairer davantage que celle limitée aux frontières nationales.

27Mais, reconnaissons-le, l’auteur désamorce dès le départ de telles critiques en mettant en avant, tout au début de son travail, son souhait précisément de se démarquer des travaux qui tentent de répondre à la question « comment les musulmans s’adaptent en France ? ». Il dit préférer la formuler autrement « en France, que se proposent de faire de l’islam les acteurs publics musulmans ? ». Cela ne préjuge donc pas nécessairement de l’efficience d’un discours, qui demeure lui-même objet de questionnement et d’explicitation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « Bowen John R., L’Islam à la française. Enquête Paris, Steinkis éd., 2011, 382 p. Traduit de l’anglais par Frédéric Sarter », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8806

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page