Navigation – Plan du site
Lectures

Stora Benjamin et Meddeb Abdelwahab (dir.), Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours, Paris, Albin Michel, 2013, 1 152 p.

Touriya Fili-Tullon
p. 267-272

Texte intégral

1Constituer les relations entre juifs et musulmans en objet historique inscrit dans le temps long semble relever de la gageure. L’histoire de ces relations a longtemps pâti d’une vision partielle et partiale, la présentant à travers le prisme du conflit israélo-palestinien. L’ouvrage monumental dirigé par Benjamin Stora et Abdelwahab Meddeb et publié en 2013 aux éditions Albin Michel prétend relever le défi et dégager cette histoire de sa gangue idéologique en proposant un travail collectif, dans un esprit interdisciplinaire ou, tout au moins, pluridisciplinaire. La recherche historiographique s’y enrichit au contact d’autres sciences humaines et à celui d’analyses littéraires, cinématographiques ou d’autres formes culturelles.

  • 1 Cf., par exemple, Lewis, 1986 ou des travaux centrés sur telle ou telle région du monde musulman, é (...)

2Avec cette publication, Albin Michel met à notre disposition un ouvrage qui, à n’en pas douter, va devenir une référence incontournable, ne serait-ce qu’en raison de sa dimension encyclopédique. On disposait certes déjà d’un certain nombre de travaux sur les juifs en terre d’Islam1, mais aucun n’avait envisagé ces deux groupes sous l’angle dynamique de la relation et de son évolution au fil de l’Histoire et des lieux de manière à mieux en repérer les continuités et les ruptures.

3L’ouvrage présente, en plus des articles rédigés par de multiples experts, une masse de références bibliographiques (47 pages, entre bibliographie générale et bibliographies portant sur telle ou telle partie de l’ouvrage), ainsi qu’une iconographie très diversifiée, empruntée à des fonds publics comme privés et provenant de différentes régions du monde. Une vertu essentielle de ce type d’approche est de multiplier les éclairages et de souligner l’infinie complexité de l’objet d’étude.

4Cette orchestration polyphonique et intermédiale multiplie les supports et les angles d’analyse (textes, images, films2, site web de valorisation scientifique3, version électronique du livre pour un usage pédagogique). La circulation dans la version papier est facilitée par les deux index des noms propres qui l’accompagnent (nom de personnes et noms de lieux), circulation encore plus aisée dans la version électronique aux multiples fonctionnalités interactives : recherche rapide par mots-clés, sélection thématique grâce au moteur de recherche intégré. Cette version est en outre augmentée de cartes interactives et de documents vidéo, ce qui en fait une ressource pédagogique précieuse, aussi bien pour les historiens que pour les littéraires. Par ailleurs, et à la restriction de quelques articles plus difficiles d’accès pour des non-spécialistes, la plupart des textes sont d’un abord aisé, même pour un public non initié.

  • 4 Présentation de l’éditeur : « Les relations tour à tour fécondes ou tumultueuses entre juifs et mus (...)

5Au-delà de toutes ces qualités, cette publication pose un acte éditorial loin d’être anodin. Le projet d’une encyclopédie ne l’est d’ailleurs probablement jamais : derrière la volonté de présenter une histoire « impartiale4 », le projet totalisant, le geste du collectionneur qui amoncèle ses trouvailles sont aussi des actes militants. S’il s’agit de désenclaver les relations entre juifs et musulmans en les inscrivant dans le temps long et la variété des mondes musulmans, ce travail ambitionne sans doute aussi de renouveler la compréhension du conflit israélo-palestinien en déplaçant le regard porté sur les relations entre juifs et musulmans pour les libérer d’une lecture téléologique et parfois exclusivement politique de l’Histoire.

Une construction polyphonique de l’histoire

6L’ouvrage s’organise en quatre parties, dont les trois premières renvoient à une périodisation tripartite : époques médiévale, moderne et contemporaine. La quatrième, de facture thématique, s’étend sur sept chapitres sous le titre de « Transversalités » et élabore une mise en résonance des lieux et modes de partage entre juifs et musulmans.

  • 5 Frédéric Abécassis, « Une histoire par-delà “la séparation” » (Lectures [en ligne], « Les notes cri (...)

7Les trois premières parties, basées sur une historiographie française comme le souligne Frédéric Abécassis5, sont néanmoins orchestrées selon une composition polyphonique qui fait également intervenir des experts de renommée internationale. Chaque partie s’ouvre avec un « Prologue » qui problématise une question avant de laisser la place à des articles de spécialistes, suivis eux-mêmes de « Contrepoint<s> » et, parfois, augmentés de « Nota bene » qui focalisent l’attention sur une notion particulière, une cité ou une personnalité importantes. Ainsi la « Première partie » revient sur ce qui est communément donné comme « l’âge d’or » des relations entre juifs et musulmans pour en redessiner les contours, non sans écorcher quelques clichés au passage. La relation entre l’islam émergent et le judaïsme d’Arabie est resituée historiquement. La représentation des juifs dans le Coran s’inscrit dans une interdiscursivité polémique suscitée par des ruptures d’alliances entre le prophète Mohammed et certaines tribus juives. Un « Contrepoint » revient sur le pacte de Omar qui a constitué une référence destinée à servir de base au statut de dhimmi : ce statut s’avère d’une plasticité qui a ouvert la porte à différentes interprétations suivant le contexte politique et économique. Les trois chapitres qui constituent cette première partie, « archéologique », tordent le cou à toute velléité d’interprétation téléologique visant à expliquer la conflictualité de l’actualité contemporaine par une supposée haine ancestrale ; sont évacués aussi bien l’essentialisme qui verrait dans le juif un ennemi de l’islam que celui qui soupçonnerait dans l’islam un antisémitisme originel. Certes, l’Islam a constitué une rupture dans la vie des tribus juives d’Arabie qui étaient bien intégrées dans l’environnement urbain et rural avant son avènement. Mais cette rupture est d’ordre politique, puisque, comme le rappelle Gordon D. Newby, elle impliquait la soumission « à des restrictions nouvelles, imposées par le pouvoir politique islamique en plein essor » (p. 39).

8On peut regretter que cette période extrêmement complexe, comme le laissent entrevoir l’article très dense de Marina Rustow (p. 75-98) ainsi que la bibliographie essentiellement anglophone qui l’accompagne, n’ait pas été développée davantage. Les micro-histoires comme celles des conversions volontaires, ou plus rarement forcées, de juifs à l’islam représentent un phénomène très peu étudié dans les sources islamiques, mais éclairent la dynamique des influences entre islam et judaïsme.

9La deuxième partie, consacrée à l’époque moderne, laisse transparaître une fragmentation et une diversité de situations encore plus complexes que dans la période médiévale. Sur un peu plus d’une centaine de pages, exactement comme la première partie, elle semble projeter un horizon comparatif autour de la situation des juifs dans l’Empire ottoman et (ou) en dehors de cet Empire, et elle met l’accent sur la diversité des situations. Ainsi la politique turque apparaît-elle singulièrement plus tolérante que l’usage de l’Europe chrétienne des xvie et xviie siècles. Cette période moderne est également marquée par de grandes ruptures, avec les mouvements migratoires contraints qui auraient pu déstabiliser les communautés d’accueil. Or il est intéressant de noter combien ce flux a été absorbé sans heurts majeurs, notamment au Maroc où les séfarades seront amenés à jouer un rôle diplomatique et commercial important à l’interface de leur pays d’accueil et de ceux dont ils étaient originaires, grâce à leur connaissance de l’Europe et de ses langues. Un autre intérêt de la composition diffractée de cette partie est qu’elle autorise un déplacement paradigmatique qui montre juifs et musulmans dans une dynamique très fluide selon les conditions politiques et économiques et partageant parfois les mêmes souffrances. À cet égard, Frédéric Abécassis, Karima Dirèche et Rita Aoued (2012) avaient déjà proposé une réflexion plurielle à laquelle Benjamin Stora avait contribué et qui inscrivait les migrations juives et musulmanes dans un processus de rencontre avec la modernité qui allait reconfigurer les relations entre les deux communautés.

10Ainsi, si l’entrée dans la modernité est présentée sous les auspices de l’empire ottoman, elle aboutit dans le quatrième chapitre à la rencontre directe avec la modernité européenne. À la fin du xixe siècle, au Proche-Orient, la modernisation se fera désormais en français, en lieu et place de la langue arabe, jusqu’ici largement partagée par juifs et musulmans. Certaines élites musulmanes envoyaient d’ailleurs leurs enfants dans les écoles israélites réputées pour la qualité de leur enseignement. De même, certains israélites fréquentaient des écoles catholiques pour les mêmes raisons.

11La troisième partie, consacrée au temps présent, est aussi la plus développée des trois (sept chapitres). Elle s’ouvre symboliquement sous un double prologue signé par Benjamin Stora et Elias Sanbar. Le premier revient sur le décret Crémieux et le second sur ce qu’il appelle « l’invention de la Terre sainte ». Les chapitres de cette partie déclinent les raisons historiques, les choix politiques qui ont donné lieu aux ruptures, aux conflits, à la séparation des deux communautés après sept siècles de présence juive dans le monde musulman. La montée des nationalismes, la confessionnalisation des conflits politiques va exacerber le clivage des identités. Symboliquement encore, au centre de ces constats de séparations, se trouve un chapitre intitulé « Les espaces de cohabitation » (p. 445-519). En fait la conception de cette troisième partie est assez originale. Elle est en tout cas la plus ouverte aux autres sciences humaines, la moins exclusivement historienne. Les deux derniers chapitres s’intéressent aux polarités discursives et aux représentations de l’altérité. Cette présentation contrastive ouvre donc tout naturellement sur la partie la plus franchement comparatiste, bien que méthodologiquement, ce comparatisme reste encore à fonder sur le plan théorique.

Une vision impartiale et militante

12La quatrième partie intitulée « Transversalités » constitue la moitié de l’ouvrage et son prologue est co-signé par Abdelwahab Meddeb et Anne Goldberg. A. Meddeb, aguerri à cet exercice audacieux du comparatisme, qui exige à la fois une vaste culture et une capacité à voir les points de jonction, avait d’ailleurs déjà consacré à Jérusalem un double numéro de la revue Dédale (Meddeb, 1996). Les signataires du prologue affirment un volontarisme optimiste, mais lucide, qui voudrait « récapituler les positivités sans céder au mythe » (p. 606). Cette déclaration apparemment paradoxale, mais séduisante, pose en miroir ce qui semble bien fonder un espace culturel commun : les livres sacrés avec leurs traductions respectives, deux langues sémitiques qui se sont fécondées à travers les siècles, deux traditions religieuses, rituelles et mystiques qui se répondent. Ces rapprochements légitimes soulignent l’existence d’une convivance et d’un fond culturel commun qui n’excluent cependant pas des divergences, des décalages et donc une originalité : outre le fait que l’islam est arrivé plusieurs siècles après le judaïsme, les traductions respectives des livres sacrés ne se sont pas faites de manière synchrone.

13Les chapitres consacrés aux arts et à la littérature constituent une magnifique fresque exploitable dans différents enseignements et en particulier en littérature comparée, discipline trop souvent confinée aux aires européennes. Dans un monde globalisé, il est sans doute plus qu’urgent de déplacer les lieux de la comparaison, afin de la faire porter non plus sur des topoï attendus, mais sur de nouveaux sites de l’humanité.

14*

15On peut regretter que, dans ce vaste élan d’ouverture généreuse et de souci de multiplier les arguments en faveur de rencontres possibles, fondées sur des ressemblances certaines, la comparaison proposée ne soit pas véritablement transversale, mais faite de juxtapositions. Il est toutefois certain qu’en ouvrant la recherche et la patrimonialisation des savoirs aux sources orales et non seulement à celles dites « savantes », en s’intéressant aux histoires familiales, aux mémoires sensibles, cet ouvrage renoue à la fois avec les préoccupations des encyclopédistes français des Lumières et avec celles des érudits arabes. Les documents iconographiques, souvent remarquables, auraient pu être mieux exploités et mis en résonance au lieu de servir de simples illustrations. D’autres supports enfin, comme les réseaux sociaux et les blogs auraient pu fournir des matériaux d’étude pour confronter des représentations qui obéissent certes à l’actualité, mais qui ne cessent d’être créatives : caricatures, blagues, détournements de photographies, de vidéos… Tous ces phénomènes encore trop peu étudiés participent d’une construction de l’image de l’autre qui n’est d’ailleurs pas toujours négative.

16C’est donc bien un ouvrage militant que nous avons là et auquel la disparition récente de Meddeb donne une dimension testimoniale. Mais c’est aussi un magnifique chantier qui donne à penser et à envisager la relation autrement. À ce titre, la notion de relation, présente dès le titre de l’ouvrage, se lit à rebours comme une dynamique, rarement duelle, souvent triangulaire, d’où peut-être le caractère problématique de ce titre, qui semble postuler des relations entre juifs et musulmans exclusives d’autres relations, avec des non-juifs et des non-musulmans, « chrétiens » ou Occidentaux essentiellement. Mais le contenu de l’ouvrage laisse, on ne peut mieux, transparaître cette complexité et l’autre sens de « relations », celui de « récits » : des récits partagés tels qu’ils apparaissent d’ailleurs dans la quatrième partie et qui projettent une suite qu’il revient aux deux « communautés » d’écrire.

Haut de page

Bibliographie

Abécassis Frédéric, Dirèche Karima et Aouad Rita (dir.), 2012, La Bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb (xve-xxe siècle), Khartala.

Ayoun Richard et Cohen Bernard, Les Juifs d'Algérie. Deux mille ans d'histoire, Paris, J.-C. Lattès, 1982.

Kenbib Mohamed, 1994, Juifs et musulmans au Maroc, 1859-1948, Rabat, Faculté des lettres et des sciences humaines.

Lewis Bernard, 1984, Juifs en terre d’Islam, Princeton University Press, et 1986, Paris, Calmann-Lévy, pour la traduction française.

Meddeb Abdelwahab (dir.), Dédale, n° 3-4, printemps 1996 : « Multiple Jérusalem, Jérusalem terrestre, Jérusalem céleste », Paris, Maisonneuve et Larose.

Haut de page

Notes

1 Cf., par exemple, Lewis, 1986 ou des travaux centrés sur telle ou telle région du monde musulman, éventuellement à une période déterminée, comme, par exemple, le livre de l’historien marocain Mohamed Kenbib, 1994, ou bien celui de Ayoun et Cohen, 1982.

2 Documentaire publié sur la chaîne Arte : Juifs et musulmans, si loin, si proches, Série documentaire (France, 2013, 4x52mn), réalisé par Karim Miské, Auteurs : Karim Miské, Emmanuel Blanchard, Nathalie Mars,

1. Les origines : 610721,

2. La place de l’autre : 7211789,

3. La séparation : 17891945,

4. La guerre des mémoires : 19452013.

3 http://www.juifsetmusulmans.fr/

4 Présentation de l’éditeur : « Les relations tour à tour fécondes ou tumultueuses entre juifs et musulmans sont ici exposées et analysées en toute impartialité. » Cf. le site de l’ouvrage : http://www.juifsetmusulmans.fr/le-livre/presentation, page consultée le 12/09/2014.

5 Frédéric Abécassis, « Une histoire par-delà “la séparation” » (Lectures [en ligne], « Les notes critiques », 2014), mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 16 décembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/14913.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Touriya Fili-Tullon, « Stora Benjamin et Meddeb Abdelwahab (dir.), Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours, Paris, Albin Michel, 2013, 1 152 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 139 | juin 2016, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/8967

Haut de page

Auteur

Touriya Fili-Tullon

Passages XX-XXI, Université Lumière-Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page