Navigation – Plan du site

Ribas-Mateos Natalia et Manry Véronique (dir.), Mobilités au Féminin, La place des femmes dans le nouvel état du monde, Paris, Institut Maghreb Europe, Karthala, 2014, 510 p.

Fabienne Le Houérou

Texte intégral

1Cet ouvrage, paru chez Karthala, réunit 22 contributions sur les migrations féminines contemporaines, une forme de mobilité en constante croissance depuis quelques dizaines d’années.

2Dans ce foisonnement d’expériences migratoires rapportées dans l’ouvrage, les auteur(e)s nous entraînent dans des univers féminins extrêmement riches allant des Somaliennes, Marocaines, Mexicaines, Colombiennes, Africaines, Chinoises, Indiennes, Erythréennes, Latino-américaines et Irakiennes. On le comprend, ouvrir ce livre c’est un peu faire le tour du monde au féminin en 513 p. Selon l’hypothèse de départ des éditrices, les processus socio-économiques induits par la mondialisation façonnent les flux migratoires et, en retour, les migrations impactent la mondialisation. Le constat de ces influences réciproques sur l’objet migration est largement étayé par de nombreux travaux universitaires soulignant la pertinence du binôme mondialisation/migration.

3Dans leur introduction Natalia Ribas-Mateos et Véronique Manry annoncent la fin de la géographie comme naguère Fukuyama évoquait la fin de l’histoire (p.15). Plus loin, les auteures constatent que les migrations transnationales ne sonnent toutefois pas le glas des Etats-nations… qui sont toujours bien là en dépit de leur mort annoncée de façon chronique. Les mouvements qui traversent le monde sont-ils nécessairement des négations des entités politiques et physiques de l’espace ? Ce que les migrations transforment c’est plutôt notre représentation de l’espace grâce aux formidables avancées technologiques et l’abrogation progressive des distances qui en est une des conséquences. Au XXIe siècle, la planète nous apparaît d’autant plus petite que les travaux scientifiques sur l’environnement ont démontré les interactions de processus globaux à l’œuvre dans le réchauffement climatique. Un phénomène qui bien évidemment nie les frontières et les Etats-nations.

4Nous pouvons retenir de l’introduction foisonnante des éditrices plusieurs observations qui se dégagent de l’immense corpus de textes produits par les spécialistes des migrations.

5- L’élargissement de l’errance à l’échelle mondiale comme conséquence des inégalités Nord-Sud et comme effet de la permanence d’Etats-nations qui protègent leurs frontières par des séries de lois contraignant des migrants à une errance pour contourner les entraves au mouvement.

6- La variété de la mobilité. Le mouvement concerne des populations et des classes sociales très différentes.

7- La croissance exponentielle de ces mobilités et, surtout, ce qui me semble fondamental, la complexité comme trait saillant de ces mouvements. Natalia Ribas-Mateos et Véronique Manry ne procèdent pas par réduction en élaborant des soustractions simples sur les mobilités. Elles n’opèrent pas la traditionnelle et banale coupure entre migrations volontaires et migrations forcées, une césure qui a marqué un grand nombre de travaux universitaires. Ces travaux sont d’ailleurs l’objet de critiques depuis les travaux pionniers de la géographe Lassailly-Jacob dans les années 1990. Défaire le distinguo classique entre mouvements volontaires et contraints me semble important.

8Mes propres travaux sur les migrations en Égypte (mouvements de réfugiés) ont tenté de montrer que cette césure était artificielle et ne correspondait pas à l’immense complexité des situations d’errance. Une migration peut débuter sous le signe du volontariat et se transformer en piège pour un migrant, le transformant en réfugié et inversement. Les circulations postcoloniales n’ont plus la linéarité des époques antérieures. C’est d’ailleurs tout le sens du terme « circulations » que de nombreux travaux utilisent désormais pour évoquer cette mobilité.

9L’autre qualité de l’introduction est de rendre compte des travaux sur les migrations des jeunes chercheurs et la conclusion de Camille Schmoll (p. 483) de cet ouvrage est assez remarquable en ce qu’elle ouvre le débat, le fait rebondir sur des approches plus élargies de la mobilité, insistant sur la nécessité de posséder un regard mobile sur la migration. Une belle observation permettant de ne pas être prisonnier des catégories de pensées mais de les replacer dans une liberté d’approches. En effet, au-delà des regards mobiles, il serait également heuristique de penser des écritures mobiles et d’intégrer les travaux cinématographiques sur la migration. Des images qui, par-dessus les mots, mettent en scène ce regard mobile. On aimerait également que cette mobilité s’étende à la mobilité disciplinaire et que l’étude des migrations par - essence pluridisciplinaire - se libère d’un certain enfermement ou d’une immobilité liée à des approches mono-disciplinaires. En ce sens l’historicisation et la dimension spatiale des approches géographiques me semblent toujours d’actualité. L’espace dans cet ouvrage est interprété comme un produit fabriqué par les échanges comme le montre l’excellent article sur les femmes indiennes domestiques à Hong-Kong (p. 405). Les migrantes volontaires et plus spécifiquement les migrations ancillaires, sont largement représentées dans cet ouvrage par rapport aux migrations des femmes qualifiées.

10Francesca Decimo évoque le cas des Somaliennes et Marocaines à Bologne, « expertes dans la mobilité transnationales » (p. 59) avec des navettes créant de nouvelles continuités dans la discontinuité. Guillermo Meneles traite des clandestines en provenance d’horizons différents de la frontière Mexique/Etats-Unis, qui risquent leur vie dans le franchissement des frontières avec un taux extrêmement préoccupant de décès. L’auteur indique que de 1993 à 2005 4 300 à 4 900 migrants auraient trouvé la mort en passant la frontière (p. 82). L’article de Germàn Vega Briones questionne le changement dans les relations de genre. Il conclut en laissant « entrevoir un faible rayon de lumière » sur la dimension plus égalitaire apportée par le travail féminin des migrantes aux Etats-Unis. Le texte sur la féminisation des migrations clandestines en Afrique noire de Honoré Mimche, Henri Yambéné et Yves Zoa Zoa s’alarme du caractère préoccupant des migrations clandestines vers l’Europe dont les auteurs rappellent l’aspect contemporain lié aux contextes de crises en Afrique Subsaharienne avec une forte augmentation des femmes en migration (Sénégal) (p. 140). La fuite des conflits armés que les auteurs font remonter à une décennie est imprécise. Pour la Corne de l’Afrique, les conflits se comptent sur trois et quatre décennies. Ils évoquent par ailleurs les migrations qui s’accompagnent d’esclavage sexuel (p .148) et des trafics des corps exportés tels des items dans un marché humain. Ces migrations sont en relation étroite avec la prostitution et son amplification. (p. 153)

11L’article de Nadira Barkallil insiste également sur la précarité des Marocaines mettant en lumière le destin, plus vulnérable encore, des citadines veuves ou divorcées sujettes aux abus (p. 211). L’article d’Anne Gickel narre l’expérience des femmes colombiennes en France et confirme l’importance des réseaux sociaux. Là encore, nous sommes dans une forme de migration ancillaire liée à la domesticité et au travail illégal. On remarquera dans cet article une fine lecture de ce que le travail domestique confère de valorisation à son destinataire (p .257). « Les employeuses chercheraient, en fait à atténuer l’infériorité sociale liée à leur sexe en profitant des inégalités sociales et même raciales engendrées par le système social ». (p.256). Une explication convaincante tant elle est vérifiable sur différents terrains, différentes sociétés et aires géographiques. Un article qui a le mérite de saisir un flux migratoire dans une temporalité et qui conclut sur la durée comme déterminant incontournable.

12Le texte de Cécile Miquel et Danielle Provansal s’intéresse aux femmes qualifiées et aux entrepreneuses étrangères à Barcelone, insistant sur les interstices comme locus heuristique. Migrantes et intermédiaires entre deux contextes culturels, les femmes étrangères occupent des espaces interstitiels. L’idée est intéressante mais on se questionne sur le sens donné à l’interstia. Est-ce au sens où l’entend Homi Bahbha (qui n’est pas cité) et du lieu de la culture ou dans un sens socio-économique plus vaste ? Cet article brasse les concepts en vogue dans la littérature sur les migrations comme celui de déterritorialisation, créolisation, identité hybride, bricolage culturel, dont on retiendra l’idée des stratégies interstitielles comme ressources instrumentales et cognitives provenant de plusieurs univers de normes… Un autre nom du bricolage pluriculturel ?

13Les Chinoises telles qu’elles nous sont décrites par Florence Lévy, sont des migrantes originaires du nord de la Chine. Article passionnant car il fait vraiment le pont entre la société de départ, la Chine du nord et le pays de destination, la France. L’auteur (e) nous plonge dans ce flux migratoire récent en contextualisant le milieu de départ, nous permettant ainsi de comprendre cette migration et de l’apprécier au regard des évolutions paradoxales de la Chine dont la dimension « capitaliste » produit de nouvelles laissées pour compte qui migrent à la suite des bouleversements socio-économiques de ces dernières décennies. Cette contribution insiste sur le contexte historique et générationnel et nous renvoie à une Chine en mutation à travers le prisme de l’immigration.

14Le texte sur l’e-mariage des femmes camerounaises nous plonge dans la cybermodernité. Il illustre la façon dont les femmes se saisissent d’internet comme instrument de mobilité et d’amélioration de leurs conditions de vies. Il est question ici d’une véritable chasse/pêche au blanc dont les protagonistes ne mesurent pas toujours la dangerosité.

15Notons également la contribution de Françoise Guillemaut qui interroge la notion de trafic comme problème de criminalité associé à la migration clandestine d’une part et qui d’autre part, interroge les politiques publiques et leurs échecs dans la lutte contre le trafic. Une analyse qui s’inscrit dans l’historicité et souligne le décalage des politiques publiques au regard du vécu de femmes qui se perçoivent comme des entrepreneuse d’elles mêmes (p. 344). L’auteur(e) regrette que la parole de ces femmes demeure inaudible par les politiques publiques. Elle invite à déconstruire la notion de trafic et des catégories de langage de la police (p. 351). La critique correspondant aux stéréotypes véhiculés par les médias nous semble une piste de recherche féconde ainsi que l’observation sur les niches ethniques qui ethnicisent la travailleuse. (p. 352).

16Les migrations féminines au Yémen explorées dans l’article de Blandine Destremau se rapportent également à l’emploi domestique. Le texte s’intéresse à l’évolution post révolutionnaire du Yémen mais il ne nous dit rien (ou si peu) des conditions de départ des Erythréennes et Abyssines employées au Yémen. Largement autoréférentiel, cet article ne fait pas le pont entre les contextes de départ des migrantes et celui de l’arrivée. Là encore il est question de niche économique mais qui ne donne pas lieu à une exploration des migrations sud-sud dans la corne de l’Afrique. Par ailleurs, on notera que l’auteur(e) utilise le terme de bonne pour désigner le travail domestique. Une notion qui peut apparaître stigmatisante en ce qu’elle reprend un sens commun péjorativement connoté.

17L’article de Didem Danis sur la migration religieuse des irakiennes dans le travail domestique à Istanbul reprend des thématiques explorées dans sa thèse. Elle définit et analyse la notion de niche ethnique de façon plus systématique et questionne le rôle des églises dans leur fonction de lien social et économique. Des églises fonctionnant presque comme des pôles emplois (cit. p. 390). Ce papier particulièrement intéressant illustre parfaitement la polyvalence des réseaux religieux dans l’espace migratoire. Elle insiste également sur une « hiérarchie déguisée, basée sur l’appartenance ethnique et le statut des migrants, qui se reflète dans le salaire et les conditions de travail domestiques étrangères à Istanbul » (p. 387).

18Ces observations recoupent d’autres travaux menés au Moyen-Orient sur la domesticité et les positions hiérarchiques selon l’appartenance ethnique. Didem Danis observe le rôle prédominant de la bonne d’enfant anglaise. Ici encore, le mot bonne est, à certains égards, problématique. On appréciera ici la valorisation de la notion de capital social comme ressource indispensable et finalement les observations inspirées du terrain sur le renversement des constructions de genre pendant la migration. Le travail des femmes entraînant de nouvelles responsabilités et de nouveaux rôles qui exigent des renégociations des féminités/masculinités en exil.

19James Joseph Keezhangatte nous emmène à Hong-Kong dans l’univers domestique des femmes indiennes. Son travail fait un pont réel entre le lieu d’origine (Inde) et le contexte d’arrivée (Hong-kong) en illustrant la pertinence analytique d’une ethnographie multi-site (p. 400). Il nous permet ainsi de revenir sur le statut des femmes en Inde et leur sous- représentation dans tous les domaines (p. 402). L’article nous montre bien comment l’espace est fabriqué, architecturé, par les échanges et les allées et venues de ces travailleuses en explorant la complexité d’une séparation/union. Lui aussi, comme Didem Danis, observe l’apparition de nouveaux rôles des migrantes dans leurs relations transnationales avec leurs parents/et ou frères et sœurs. (p. 415). Cet article parvient à démontrer les nouvelles dynamiques produites par la mobilité et l’incidence de ladite mobilité sur la famille d’origine.

20Sonia Parella et Carlotta Solé explorent la maternité transnationale de femmes d’origine latino-américaine résidentes à Barcelone. Un article qui évoque le cas de mères à distance car leurs enfants sont restés au pays. Elles partent afin de résoudre les besoins économiques de la famille (p. 431). Ce sont les mères de ces femmes, les grand-mères, qui éduqueront leurs enfants pendant leur absence ; nous assistons donc à un transfert intergénérationnel (p. 433). Cette maternité à distance a des effets négatifs sur la santé des migrantes et celles de leurs enfants. Là encore, les l’auteur(e)s observent que la mobilité entraine une transformation des relations de genre mais que ladite transformation est plutôt lié au contexte historique et générationnel.

21Maria Villares, Raquel Martinez Monts Golias analysent le travail et migration latino-américaine en Espagne. La piste de l’auto-emploi et l’ethno-stratification renvoie à ce que d’autres contributeurs de l’ouvrage nomment la niche ethnique ou l’enclave ethnique. Les réseaux sociaux s’utilisent comme des mécanismes pour faciliter les formalités nécessaires au moment de monter une affaire (…) (p. 453)

22Luis Ernesto Lopez dans « Assembler dans la frontière », un titre au demeurant, énigmatique, observe l’industrialisation de la frontière entre le Mexique et les USA. La proximité avec les Etats-Unis a favorisé des implantations d’usines. Il retrace les expériences sociales des travailleuses dans des usines filiales de multinationales appelées maquiladoras (usines de sous-traitance) à Tijuana. Ces nouvelles conditions de travail à la frontière ont provoqué des bouleversements des rapports entre hommes et femmes étudiés. « Ces femmes en travaillant ont provoqué des tensions dans les familles en s’excluant de l’autorité de leurs pères ou de leurs frères » en devenant des breadwinners. L’auteur ne parle pas de renversement, ni d’émancipation mais de « trouble » dans la répartition des tâches. Un terme largement utilisé dans la littérature sur le genre depuis l’ouvrage de Judith Butler. On notera ici et là quelques maladresses de la traduction notamment le terme de « libérale » pour évoquer la liberté des mœurs (p.470).

23Constance de Courcel nous ouvre sur une entrée plus théorique « Femmes et mères dans la migration », un article qui insiste de façon heuristique sur le contexte historique et géographique de la migration (p. 183). « La figure de la femme change selon les périodes historiques considérées mais aussi selon le contexte des moments historiographiques et des relectures » (p. 183). En explorant l’incidence des temporalités sur l’expérience migratoire l’auteur(e) introduit une notion clef de « temporalités disjointes », c’est-à-dire deux rapports au temps différenciés : « le temps immédiat de la satisfaction des besoins au quotidien et le temps différé des finalités liées à la migration lesquelles apparaissent très souvent liées à la maternité de ces femmes migrantes ». Ce rapport temporel en lien avec la maternité me semble une piste d’autant plus intéressante qu’elle peut s’appliquer à différents espaces culturels. Ce cadre dépasse Marseille et Bruxelles et pourrait également s’élargir au Caire, Damas, Beyrouth où l’air des villes continue à rendre plus libre…

24Je terminerai par l’article de Katia Lurbe I Puerto, « Moments de vie de femmes structurées par le voyage » au chapitre XFrançois SIINO2015-02-17T12:01:00 car il me semble également contenir un potentiel de pistes théoriques à approfondir. Cet article insiste sur une dimension importante mais quelque peu négligée : les subjectivités féminines. La méthodologie utilisée par l’auteur(e) ne s’est pas limitée à la seule parole mais a également utilisé la communication non verbale (regards, gestes, rôles) (p. 220). L’entretien des personnes en souffrance est particulier. L’auteur ici souligne la spécificité de ce type d’entretien, son caractère risqué pour des personnes vulnérables. Un risque partagé par le chercheur qui ne doit pas glisser de l’attitude scientifique vers la thérapie (p. 221). Car pour de nombreuses migrantes, rappelons-le, la traversée de l’espace est une expérience douloureuse et fragilisante qu’il faut lire en ayant à l’esprit que nous sommes en présence d’une anthropologie de la douleur. On aurait souhaité ici lire les références des auteurs ayant travaillé sur la question de l’anthropology of suffering, notamment les travaux conduits à Oxford au Forced Migrations and Refugees Studies qui ont beaucoup publié sur cette dimension. L’auteur(e) introduit également la notion de mouvement permanent, une piste de recherche heuristique. La migration, dans cette optique, dépasse le simple déplacement d’un lieu à un autre ou d’un monde social à un autre, mais se rapporte à une migration en soi. Un déplacement continu de l’être migrant qui ne finirait pas avec la migration mais qui se transforme en mobilité permanente. Une piste qui nous conduit à des interprétations psychologiques et nous fait entrevoir la migration bien au delà des déterminismes socioculturels et à terme nous conduirait vers des mobilités disciplinaires souhaitables.

25Dans leurs articles les auteures auront explorés 4 figures emblématiques de la mobilité au féminin : les réfugiés ; les élites et les classes moyennes ; les clandestines ; les commerçantes.

26Mais, nous l’avons vu, les travaux sur les clandestines sont peut-être plus nombreux car ces migrations sont un des signes les plus originaux de nos mondes postcoloniaux. Depuis les années 1970, les migrations clandestines (de type ancillaires) ne se limitent plus à un rapport Nord-Sud mais se complexifient en une toile où se retrouvent également les mouvements Sud-Sud (Le Houérou, 2007). Comme nous le montrent les circulations des Erythréennes et Ethiopiennes au Yémen mais également au Liban au Caire, celui des Soudanaises en Egypte qui s’inscrivent dans un schéma qui dépasse largement le tropisme nord-sud.

27Il est question de catégories qui sont tout sauf émergentes. Elles existent depuis la fin des années 1960. Dans cette approche de la mobilité, l’incidence de l’Histoire et du contexte historique demeure euphémisé. La dimension historique est présente dans certains articles (tel celui de Constance de Courcel) mais demeure le plus souvent absente.

28Or, la temporalité des migrations est un élément d’explication fondamental dans les rapports nord-sud, nord-nord, sud-sud. François SIINO2015-02-17T12:04:00Le contexte de postcolonialité semble avoir été gommé de cette analyse du mouvement généralisé. Or, pour réellement comprendre la complexité et la variété des mouvements contemporains, le retour au moment colonial demeure un inventaire rétrospectif incontournable.

29A l’époque coloniale, les allers et venues étaient réduites dans un tropisme nord-sud. Le sens de la circulation se dégageait assez clairement et, pour le monde colonisé, il n’était pas question de se diriger vers les grandes métropoles européennes.

30Le sens inverse de la circulation est donc inscrit dans une époque et dans un renversement de paradigme. L’exploration de cette inversion circulatoire aurait été intéressante à explorer nous permettant de travailler les catégories dans une chronologie et d’en dégager de grandes orientations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Le Houérou, « Ribas-Mateos Natalia et Manry Véronique (dir.), Mobilités au Féminin, La place des femmes dans le nouvel état du monde, Paris, Institut Maghreb Europe, Karthala, 2014, 510 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 13 mars 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/8973

Haut de page

Auteur

Fabienne Le Houérou

Chercheur(e)-CNRS/AMU-IREMAM-Histoire et anthropologie visuelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page