Navigation – Plan du site

Berkel Maaike van, El Cheikh Nadia Maria, Kennedy Hugh, Osti Letizia, Crisis and Continuity at the Abbasid Court. Formal and Informal Politics in the Caliphate of al-Muqtadir (295-320/908-32), Leiden-Boston, Brill, 2013, 262 p.

Mathieu Tillier

Texte intégral

1Rares sont encore les études de la société de cour dans l’Islam médiéval. C’est dire si cet ouvrage est le bienvenu. Le règne du calife abbasside al-Muqtadir, en cette période charnière que représente le début du xe siècle, est bien documenté grâce aux nombreux textes laissés par les auteurs arabes, dont certains, comme al-Ṣūlī (m. 335/947), furent des témoins directs de la vie de cour. L’ouvrage n’est pas un recueil d’articles, mais bien une monographie à plusieurs mains, auxquelles vient s’ajouter celle de Judith Ahola dans un appendice consacré à Bagdad. Les auteurs proposent un tableau de la cour bagdadienne à travers quelques figures clés du pouvoir et de l’administration, et tentent de mettre au jour la dynamique de leurs interactions et de la politique qui en découle.

2La première des trois parties, intitulée « History and Stories », pose le cadre général à travers deux chapitres, l’un consacré à l’histoire événementielle du règne d’al-Muqtadir (H. Kennedy) et le second à l’image de ce calife dans les sources narratives (L. Osti). Le portrait qui se dégage du souverain est ambivalent : premier calife à être monté sur le trône alors qu’il était mineur, il est souvent décrit comme un homme faible, sous l’emprise de son entourage, et se voit attribuer par Miskawayh une lourde responsabilité dans le déclin du califat abbasside. Cette image dominante est néanmoins nuancée par d’autres récits, comme ceux d’al-Ṣūlī qui en fait un musulman noble et intelligent, un bon fils et un père modèle.

3La seconde partie, consacrée aux secrétaires et aux militaires (« Scribes and Soldiers »), nous plonge dans le vif du sujet. M. van Berkel s’attache tout d’abord au personnage du vizir, dans un chapitre qui vient jeter un regard novateur sur un sujet que l’on croyait épuisé par l’œuvre magistrale de Dominique Sourdel (1959-1960). Elle met en évidence les réseaux tissés entre vizirs, chefs militaires et serviteurs du palais, d’autant plus importants que l’administration de l’État ne se distingue pas clairement de la maison califale. Ces relations de patronage, empruntes de rivalités et parsemées de complots, apparaissent d’ailleurs dans les sources comme des rapports père-fils. M. van Berkel complète son enquête par une étude de l’administration civile et des secrétaires. Après un panorama des différents dīwān-s, elle décortique la structure hiérarchique des bureaux et passe en revue les catégories de secrétaires, jusqu’aux jeunes apprentis chargés de ramasser les chutes de papier. Ces scribes, hommes de chiffres (les mieux payés) ou hommes de lettres (les plus prestigieux), constituaient eux aussi des relais essentiels du pouvoir. Issus, pour les mieux connus, de grandes familles du Sawād iraqien, ils géraient le territoire grâce à leurs réseaux locaux. Au-delà d’un code d’honneur idéal supposé lier les membres de la profession, les secrétaires d’al-Muqtadir se livraient à une compétition constante et délétère. Là encore, la puissance des réseaux privés (liens familiaux et patronage) conditionnait le succès des carrières. Cette partie se termine par un chapitre consacré à l’armée (« The Military », H. Kennedy), qui exerce une influence croissante sur les affaires du pouvoir. Les diverses troupes régulières, payées sur la base d’une unité de compte mensuelle appelée nawba, absorbaient à cette époque plus de 80 % des dépenses de l’État. H. Kennedy s’attarde sur la carrière d’officiers comme l’eunuque Mu’nis al-Khādim, qui se retourna contre le calife et mit fin à son règne, ainsi que sur le rôle militaire de hauts dignitaires comme le chambellan (ḥājib) et le chef de la police (ṣāḥib al-shurṭa). Les rivalités entre corps étaient source d’une instabilité chronique, et la désaffection du calife vis-à-vis de ses troupes fut vécue comme une rupture responsable, à terme, de l’effondrement du califat.

4Les trois derniers chapitres introduisent le lecteur au cœur du palais califal (« Women and Courtiers »). La nouvelle cité palatiale édifiée sur la rive gauche du Tigre après le retour de Samarra en 892, dans laquelle le calife vivait à l’écart de ses sujets, était gardée par un chambellan (ḥājib) dont le rôle est étudié par N.M. El Cheikh. Maître du cérémonial et de la sécurité intérieure, celui-ci contrôlait l’accès aux espaces hiérarchisés d’un complexe califal à la structure concentrique. Nul ne pouvait parvenir au calife sans passer par son intermédiaire, ce qui faisait du détenteur de la fonction – notamment Naṣr, qui l’occupa pendant vingt ans – une figure clé du pouvoir, un filtre dont il était indispensable de gagner les bonnes grâces, ne serait-ce que pour faire parvenir une pétition au souverain. À la tête d’une micro-cour, centrée sur un palais du dār al-khilāfa, le ḥājib était lui-même tenu au respect d’un protocole formel devant le calife, et ne pouvait pénétrer dans la partie privée du palais. N.M. El Cheikh nous y convie dans un chapitre dédié au harem, qui désignait moins un espace en tant que tel que l’entourage féminin du calife, accompagné de ses cohortes hiérarchisées de servantes et d’eunuques. Si ces femmes étaient recluses, elles n’en jouaient pas moins un rôle politique notable, grâce aux réseaux qu’elles entretenaient par le biais des intendantes du palais (qahramāna-s), seules femmes du harem autorisées à en sortir. La Sayyida, mère d’al-Muqtadir, disposait de sa propre administration financière, et sa qahramāna Umm Mūsā fut assez puissante pour faire tomber des vizirs. L’influence politique des femmes passait également par les eunuques, dont le chef, Mufliḥ, contrôlait l’accès au calife dans ses appartements privés. La porosité du harem et sa puissance politique fut longtemps tenue pour symptomatique du déclin de la dynastie. Au-delà du stéréotype, N.M. El Cheikh y voit plutôt un instrument utile au calife. Ce dernier pouvait agir à travers son entourage féminin, auprès duquel il puisait les informations dont la distance protocolaire vis-à-vis du reste de la cour le privait.

5L. Osti propose enfin un chapitre sur la culture et l’éducation à la cour califale. En cette époque où les madrasas n’existaient pas encore, deux catégories de savants se distinguent : ceux qui recherchaient le patronage de puissants employeurs, et ceux qui, depuis la miḥna, préservaient leur indépendance intellectuelle en s’appuyant sur leurs seules ressources personnelles. Ce sont les premiers qui retiennent l’attention de l’auteur. La reproduction des élites administratives commençait à la maison, grâce aux précepteurs qu’elles pouvaient payer à leur progéniture. L’éducation d’al-Muqtadir et de ses propres fils permet d’illustrer ce phénomène, et de lever un coin de voile sur l’organisation hiérarchique de l’enseignement au sein de la maison califale. Un appendice (J. Ahola et L. Osti) vient clore l’ouvrage par une révision de certaines connaissances de détail sur la topographie de Bagdad au temps d’al-Muqtadir.

6Cet ouvrage collectif offre un regard neuf sur une histoire que l’on croyait déjà connue. Sa plus grande qualité est de modifier la perspective qui dominait dans les études antérieures. Si les individus font surface à plusieurs reprises, leurs parcours sont considérés comme représentatifs de comportements de groupes. Les sources narratives, qu’il s’agisse de chroniques ou d’ouvrages d’adab, nous éclairent avant tout sur l’image que le milieu de la cour voulut donner de lui-même. Cette approche conduit à dépasser le niveau individuel des responsabilités dans l’affaiblissement du régime abbasside. Le fonctionnement de l’État reposait largement sur les réseaux tissés par ces individus. Ce système, qui put fonctionner à d’autres époques, semble avoir trouvé ses limites à l’époque d’al-Muqtadir. Par-delà le problème structurel du financement de l’armée et les dévastations occasionnées en Iraq par la crise des Zanj et des Qarmates, les auteurs pointent la fragilité des alliances autour desquelles s’articulaient les réseaux personnels, souvent basés sur des intérêts à court terme.

7Malgré quelques répétitions inévitables, ce travail bien construit fait montre d’une grande cohérence, tout en laissant à chaque auteur le soin d’apporter sa touche méthodologique et stylistique. Le lecteur déplorera néanmoins que certains chapitres se contentent d’analyser les sources et délaissent les références contemporaines relatives à la période – notamment francophones. Si l’analyse de la cour comme un système de réseaux est en phase avec les tendances historiographiques actuelles, la dimension symbolique de l’ordre courtisan reste à explorer. L’organisation des espaces et le sens du cérémonial sont à peine effleurés, alors qu’ils auraient pu faire l’objet d’un chapitre à part entière. Les cartes de bonne facture qui viennent utilement compléter cet ouvrage – et auxquelles manque parfois une légende complète (p. xiii, 241) – font regretter la piètre qualité de l’image de couverture. L’ouvrage constitue quoi qu’il en soit une excellente référence sur le milieu de la cour abbasside, et il faut espérer qu’il inspirera d’autres monographies sur les multiples cours de l’Islam médiéval.

Haut de page

Bibliographie

D. Sourdel, 1959-1960, Le Vizirat ʿabbāside de 749 à 936, Ifead, Damas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Tillier, « Berkel Maaike van, El Cheikh Nadia Maria, Kennedy Hugh, Osti Letizia, Crisis and Continuity at the Abbasid Court. Formal and Informal Politics in the Caliphate of al-Muqtadir (295-320/908-32), Leiden-Boston, Brill, 2013, 262 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/8975

Haut de page

Auteur

Mathieu Tillier

Université Paris IV-Sorbonne/UMR 8167 Orient et Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page