Navigation – Plan du site

Nouvelles Questions Féministes, vol. 33(2), 2014, Féminismes au Maghreb, coordination éditoriale de Christine Delphy, Amel Mahfoudh.

Abderrahmane Moussaoui

Texte intégral

1Fondée en 1981 par un groupe de femmes engagées sous la houlette de Simone de Beauvoir, cette publication fait suite à la revue Questions féministes, créée en 1977. Ce qui explique sa nouvelle dénomination : Nouvelles Questions Féministes (NQF). Les animatrices, toutes des militantes de la cause féminine, mettent ensemble, au service de la cause, à la fois leurs expériences multiples et leurs savoirs variés puisés dans des horizons disciplinaires divers (anthropologie, droit, géographie, histoire, linguistique, littérature, philosophie, science politique, sociologie).

2Éditée à Lausanne, NQF publie deux numéros par an sur des thématiques en lien avec la question féminine et le combat des femmes. Ce second numéro de l’année 2014 est consacré aux mobilisations des femmes et aux mouvements féministes comme le précise l’édito signé par Amel Mahfoudh et Christine Delphy. Polémiste, cet édito prend à partie l'opinion occidentale qui, selon les auteures, aurait été surprise par la vitalité des luttes des femmes arabes à l’occasion des révoltes du « printemps arabe » inaugurées par la Tunisie. Il donne cependant quelques indications sur la particularité du Maghreb par rapport au reste du monde arabe, en faisant notamment référence à son fonds berbère et aux différentes conquêtes (notamment arabe et française) qui ont forgé son histoire.

3Trois articles signés par les ressortissantes des trois pays décrivent la situation de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, en résonnance notamment avec les révoltes arabes de l’année 2011. L’article cosigné par les Tunisiennes Amel et Dorra Mahfoudh retrace l’historique des mobilisations féminines en Tunisie depuis l’époque coloniale, en les insérant dans un cadre plus large, celui du monde arabe. Transcendant l’opposition femmes/hommes, le texte insiste sur l’apport de quelques hommes à ce combat, à l’instar de Tahar Haddad. Ce retour à l’histoire permet aux deux auteures de conclure qu’« à l’image des autres pays arabes, le mouvement des femmes en Tunisie est né du mouvement national et l‘a accompagné. ». Elles jugent cependant que l’histoire officielle n’aura retenu, presqu’exclusivement, que « ce que les intellectuels masculins éclairés du moment ont réalisé et écrit », ignorant ou minimisant l’apport des femmes.

4Toujours à la lumière des soulèvements des pays arabes, l’Algérienne Feriel Lalami, se demande si les mobilisations féminines en Algérie n’ont pas marqué une pause, car les femmes algériennes sont apparues moins actives dans ce contexte. Pour y répondre, elle revient sur les différents temps de mobilisation depuis la fin des années 1970, bien avant le multipartisme, en passant par la période difficile des années de violence et l’environnement hostile qui en découlera dans les années 2000.

5Les conditions ayant changé, estime Feriel Lalami, les répertoires d’action se sont aussi transformés. Si les limitations des libertés publiques empêchent une opposition frontale, précise-t-elle, d’autres formes d’actions demeurent à l’œuvre : déclaration publiques et interpellations des autorités. Pour l’auteure, au lieu d’une pause, il s’agit d’« une bifurcation, résultat d’un changement réfléchi de stratégie pour survivre et poursuivre les objectifs de changement de la situation des femmes. »

6La marocaine Rabea Naciri, quant à elle, s’appuyant sur un rapport commandé par le palais à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance du Maroc, tente de faire le point sur le mouvement des femmes au Maroc en relatant l’évolution des termes du débat féministe au Maroc depuis le milieu du xixe siècle. Elle montre notamment sa sécularisation progressive, après avoir longtemps été prisonnier de la référence au religieux. Elle montre combien la question du statut des femmes fut, durant tout le xxe siècle, le lieu et le biais de « confrontation et d’affrontement entre les courants conservateurs, nationalistes et modernistes ». Un des moyens de sortie fut la réappropriation par des hommes et des femmes de textes religieux fondateurs et leur réinterprétation en faveur des causes féminines. Ainsi, estime Rabea Naciri, « Les travaux de « chercheur-e-s universitaires comme Fatima Mernissi, Abderrazak Moulay Rchid, Farida Bennaniat et Zineb Maadi, ont ouvert la voie aux organisations féministes, leur permettant de mieux argumenter leurs revendications de l’égalité. ». Ce qui, ajoute l’auteure, suscite de grands débats avec les organisations féminines du Maghreb et des pays de l’islam, qui estiment que l’islam ne peut garantir une égalité conforme à la déclaration universelle des droits de l’homme.

7Un autre article consacré aux féminismes marocains contemporains par Houria Alami M’chichi, vient compléter et actualiser l’article de Rabea Naciri, en effet un peu daté. Elle montre notamment comment les révoltes de 2011 ont pu mettre en scène diverses formes de féminismes (pragmatique, islamique, de jeunes), révélant la diversité des conceptions de la place des femmes dans la société marocaine

8À côté de ces contributions, il faut noter la longue et intéressante interview relatant le parcours de la militante tunisienne Sanaa Benachour. Les questions posées par Amel Mahfoudh à cette figure du féminisme tunisien nous font rentrer dans une histoire à la fois emblématique et singulière d’une descendante d’une des plus grandes familles savantes de la bourgeoisie tunisienne contemporaine, ancrée dans la tradition, mais également tout aussi engagée dans la modernité. Le parcours de Sanaa Benachour est une sorte d’égo-histoire qui éclaire à la fois une partie de l’histoire des élites tunisiennes, mais aussi l’histoire singulière du féminisme en Tunisie. Issue d’une famille savante de clercs zaytouniens, Sanaa Benachour montre comment la tradition a pu cohabiter avec l’esprit de l’ouverture et de la liberté en partant de l’expérience de sa propre famille.

9Outre un article plus général sur le féminisme et la théorie queer, signé Debbie Cameronet et Jan Sacanlon, dans la rubrique Champ Libre, le numéro contient plusieurs comptes rendu d’ouvrages en lien avec la question du féminisme, et deux focus dans la rubrique Collectifs, l’un sur le collectif Maghreb-Égalité 95, par Amel Mahfoudh ; et l’autre cosigné par les algériennes Dalial Iamarene Djerbal et Fatima Oussedik, sur le réseau Wassila, un collectif algérien pour les droits des femmes et l’égalité.

10Malgré leur tonalité militante et engagée, les différentes contributions demeurent assez riches en données objectives, et peu enclines à la surenchère. Elles fournissent aux lectrices et aux lecteurs de ce numéro les clefs qui leur permettront de comprendre un des enjeux fondamentaux au Maghreb et dans le monde arabe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « Nouvelles Questions Féministes, vol. 33(2), 2014, Féminismes au Maghreb, coordination éditoriale de Christine Delphy, Amel Mahfoudh. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://remmm.revues.org/8980

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page