Navigation – Plan du site
Lectures

Loiseau Julien, Les Mamelouks xiiie-xvie siècle. Une expérience du pouvoir dans l’Islam mediéval, Paris, Seuil, 2014, 448 p.

M’hamed Oualdi

Texte intégral

1Ni « synthèse de l’histoire du sultanat mamelouk, ni tableau exhaustif de l’époque mamelouke », cet ouvrage vise, selon son auteur, à resituer ces serviteurs d’État souvent d’origine servile dans la société de leur époque, l’Égypte et le Bilâd al-Shâm du xiiie au xvie siècle, afin de réaffirmer le caractère inédit de cette expérience de pouvoir. En six chapitres, J. Loiseau reconstitue dans un style élégant et accessible, la formation de cette société mamelouke de l’achat de ses composantes serviles à l’éducation de ses membres. Il ausculte leurs outils de légitimation et de domination dans l’économie locale avant de considérer les pratiques sociales qu’ils partageaient avec leurs sujets.

2Cette étude n’éclaire donc pas un pan précis ou jusque là insoupçonné des études mameloukes. Son auteur cherche davantage à renouveler notre compréhension de cette forme de pouvoir en mobilisant de multiples sources secondaires et des chroniques. Il parvient ainsi à éclairer la formation de ce corps d’esclaves en esquissant une histoire globale des traites qui relierait le Proche-Orient médiéval à la Horde d’Or, au monde byzantin, à l’Italie et l’Espagne… De ce point de vue, en se référant aux travaux de Marie Favereau, il montre à quel point la traite d’esclaves devient « un des principaux enjeux de la diplomatie mamelouke » (p. 35). J. Loiseau reconstitue aussi avec éclat la culture matérielle de l’époque. À une échelle macro, il rappelle le caractère fondamental de l’irrigation et de l’économie agraire pour cette société militaire. Attentif aux détails, il explore la culture matérielle du blason avec des pages fascinantes sur les rapports des mamelouks aux animaux (p. 152-153).

3L’ouvrage ne vise pas à renouveler notre définition de ce qu’est un mamelouk, ni plus largement de ce que signifie être un esclave ou un dépendant dans ces sociétés. Son auteur reste de ce point de vue fidèle à la définition établie par l’historien David Ayalon qui accumulait toute une série de critères d’appartenance aux corps des mamelouks : l’esclavage, l’arrachement à un passé, la conversion à l’islam et l’insertion dans un service d’État, traduite ici par l’intéressante expression de « turcité professionnelle » (p. 88, 205). Pour circonscrire ce groupe, J. Loiseau confronte les estimations de leurs nombres dans les sources médiévales et les plus récentes études scientifiques (p. 30-31, 62-63). Il évoque la beauté de ces hommes, leur mariage, leur appartenance à l’État qui les acquiert par les fonds du Trésor des musulmans et les reverse au Bayt al-Mâl « après la mort ou la destitution de leur maître » (p. 65). Ces considérations pourraient nourrir de plus amples questionnements sur ce qu’être choisi, appartenir et obéir signifiaient dans cette société et sur les multiples manières d’être mamelouk à l’époque. Dans ces débats, l’auteur apporte néanmoins une contribution significative : il démontre que clamer une origine circassienne – « que cette revendication ethnique fût fondée ou entièrement fictive » – constituait un moyen efficace d’intégration à cette société militaire (p. 197-200). Cette question de la narration de soi et des appartenances ethniques saisies comme fiction peut aider à renouveler notre approche du « phénomène mamelouk » et plus généralement de la dépendance sociale en contexte musulman (Eychenne, 2015).

4Cependant, ce qui oriente davantage cette recherche, ce n’est pas tant les processus de catégorisation de ces hommes que leur volonté de s’ancrer dans une société. Au terme de l’ouvrage, l’auteur affirme sa volonté de se tenir à distance de deux approches des mamelouks : d’une part, d’une vision négative qui a délégitimé cette forme de pouvoir et à l’inverse, d’une lecture plus compréhensive d’un régime toujours en quête de légitimité. L’auteur veut délaisser cette question de l’(il)légitimité. Il la juge anachronique. Selon lui, elle ne se posait pas aux mamelouks car ceux-ci n’avaient « pas honte de leur passé servile ». Cherchant à emprunter une toute autre voie, J. Loiseau préfère interpréter cette expérience de pouvoir en mouvement, comme la « poursuite », « d’une sédentarisation inaccessible, léguée comme un rêve à leurs descendants, jamais atteinte sinon à titre posthume » (p. 290-291). Ce qu’il veut comprendre en somme c’est une tension constante entre, d’une part, la nécessaire perpétuation du pouvoir mamelouk et, d’autre part, le renouvellement contraint à intervalles réguliers des corps mamelouks par la traite et du fait de l’intégration progressive des mamelouks au sein de leur société d’accueil.

5C’est à cette aune que l’auteur entend donner sens aux œuvres urbaines et architecturales ordonnées et financées par les élites mameloukes. Leurs palais, citadelles, tombes et fondations pieuses devaient incarner une « mémoire sédentaire » (p. 208). Ces bâtiments formaient « un patrimoine collectif » qui permettait à ces élites de revendiquer « un droit de préemption et d’usage » (p. 228). C’est dans cette même perspective que J. Loiseau explore de manière plus originale, la « tension jamais entière résolue » entre « volonté individuelle du souverain de transmettre son trône à sa descendance naturelle et le refus collectif des Mamelouks de transmettre leurs rangs » (p. 211) : selon lui, cette quête dynastique, souvent entravée par le collectif mamelouk, ne devrait pas seulement être interprétée en termes d’ambition familiale ; les périodes d’intérim dynastique constituaient en fait des temps de transition et d’attente, avant que ne se forme un nouvel équilibre parmi les émirs mamelouks (p. 139).

6Faut-il cependant aller jusqu’à inférer de ces expériences singulières, l’idée d’une « virilité martiale » des mamelouks « à laquelle le plus féroce des fils d’Égypte, pas même l’un de leurs propres enfants, ne pourrait jamais prétendre » (p. 141) ? Les mamelouks pouvaient-ils se targuer d’une virilité si spécifique ? Comment d’ailleurs étudier plus généralement les masculinités dans le Proche-Orient médiéval ? Cette conception attrayante mais à approfondir d’une « virilité martiale » est peut être tributaire de la pensée d’Ibn Khaldûn à laquelle J. Loiseau puise comme d’autres historiens qui ont consacré leurs travaux au phénomène mamelouk en général : on perçoit ici la ‘asabiyya à l’œuvre, ce fameux esprit de corps ou force historique ranimé génération après génération par de nouveaux venus. Mais, si cette pensée khaldûnienne traduit des conceptions des acteurs de l’époque, comment se détacher de ce modèle écrasant pour le défier et pour comprendre autrement cette expérience du pouvoir ?

Haut de page

Bibliographie

Eychenne Mathieu, 2015, « Chapitre 5 : David Ayalon et l’historiographie de l’armée mamelouke », in Eychenne Mathieu et Zouache Abbès (dir.), La guerre dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe siècle) : état de la question, lieux communs et nouvelles approches, Le Caire, IFAO-IFPO, p. 143-177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

M’hamed Oualdi, « Loiseau Julien, Les Mamelouks xiiie-xvie siècle. Une expérience du pouvoir dans l’Islam mediéval, Paris, Seuil, 2014, 448 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 140 | décembre 2016, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9105

Haut de page

Auteur

M’hamed Oualdi

Université de Princeton, en détachement de l’Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page