Navigation – Plan du site

Miguel Hernando de Larramendi, Irene González González y Bernabé López García (eds.), El instituto hispano-árabe de cultura. orígenes y evolución de la diplomacia pública española hacia el mundo árabe, Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarrollo, 2015.

Laurence Thieux

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif préfacé par le ministre espagnol des Affaires étrangères en exercice retrace, comme son titre l’indique, l’histoire de l’Institut Hispano-arabe de culture.

2Comme le signale dès les premières pages un des auteurs et éditeurs de cet ouvrage collectif, Miguel Hernando de Larramendi, l’Institut hispano-arabe de culture a été un instrument essentiel et pionnier de la diplomatie espagnole envers le monde arabe dans un contexte historique particulier marqué par l’isolement international du régime franquiste. L’Espagne, alors alliée de l’Allemagne nazie et de l’Italie mussolinienne, essayait d’obtenir le soutien des pays arabes afin de normaliser sa situation internationale. C’est ainsi que la diplomatie culturelle commença à jouer un rôle majeur dans cette entreprise. L’histoire de cette institution (créée en 1954) et dont la mission était au départ de favoriser les échanges culturels entre l’Espagne et les pays arabes est une pièce essentielle pour comprendre aussi les tenants et les aboutissants de la diplomatie arabe de l’Espagne aujourd’hui.

3L’ouvrage est le fruit du travail rigoureux de trois éminents professeurs universitaires et spécialistes du monde arabe en Espagne, coéditeurs de la publication qui réunit 28 contributions différentes mettant en lumière divers aspects de l’histoire de l’Institut et de ses principales activités. Il est composé en trois parties.

4La première aborde les origines et l’évolution de la diplomatie culturelle avec le monde arabe et retrace les six décennies de l’Institut (marqué par trois étapes différentes : la première étape depuis sa création (1954-1974) ; la seconde étape marquée par sa transformation en organisme autonome (1974-1988) et enfin le tournant vers la coopération et sa transformation en Institut de Coopération avec le monde arabe à partir de 1988. Cette analyse fournit les éléments de contexte nécessaires pour comprendre l’évolution de la structure et le fonctionnement interne de l’Institut ainsi que de ses missions. En effet, vouée au départ aux échanges culturels, la mission de l’Institut évolua au fil des ans et élargit son champ d’action en intégrant la coopération technique et scientifique avec les pays arabes.

5Cette reconstitution historique est ponctuée par les portraits d’universitaires et de diplomates qui ont porté cet ambitieux projet comme Emilio García Gómez (son premier directeur), ou Francisco Utray (son premier secrétaire général) ainsi que le témoignage de Miguel Cruz Hernández, premier sous-directeur de l’Institut. Cet équilibre entre l’histoire institutionnelle et celle plus personnelle de ceux qui lui ont donné vie nous permet d’en obtenir une photographie complète. Cette première partie s’achève avec une contribution d’Eduardo López Busquets, deuxième directeur de la « Casa Árabe » qui revient sur la mission et les premiers pas de cette institution créée en juillet 2006 dans le but de renforcer la visibilité des relations que l’Espagne maintient avec le monde arabe.

6La deuxième partie se penche sur les activités principales développées par l’Institut comme la mise en place de la bibliothèque islamique « Félix María Pareja » dont la création a été décidée par Emilio García Gómez et Francisco Utray afin d’apporter les fonds documentaires nécessaires pour soutenir les recherches des arabisants espagnols et étrangers se consacrant au monde arabe et musulman. L’Institut a aussi mené à bien de nombreux projets éditoriaux et encouragea également la création de plusieurs publications spécialisées comme la revue Awraq ou les collections d’ouvrages d’auteurs arabes contemporains et classiques, permettant de faire connaître aux lecteurs espagnols des ouvrages totalement méconnus jusqu’alors. Ces activités destinées à faire découvrir la culture arabo-musulmane à la société espagnole ont été complétées par un accompagnement de la formation de générations de chercheurs et d’arabisants, notamment par la mise en place d’un système de bourses, objet de la contribution qui clôt cette deuxième partie.

7Enfin, la troisième partie retrace le parcours des 8 centres culturels créés dans différents pays arabes à partir des années 1950 par le Ministère des Affaires Étrangères avec la collaboration de la Direction Générale des Affaires Culturelles et l’Institut Hispano Arabe de Culture. Ces centres n’ont pas tous eu la même continuité. L’existence de certains d’entre eux a été fragmentée au gré de l’instabilité politique de leurs pays d’accueil alors que d’autres ont fini par devenir dans les années 1990 des Instituts Cervantès. Leur vocation était de diffuser la langue et la culture espagnole. Les centres culturels d’Égypte, Amman, Beyrouth, Bagdad, Damas, Tunis et Alger font l’objet de différents chapitres. Actuellement d’autres structures ont assuré le prolongement des activités menées par l’Institut, comme la Maison Arabe « Casa Árabe » avec une approche de diplomatie publique.

8Avec minutie et précisions, l’ensemble des contributions qui composent cet ouvrage offre une reconstitution historique fondamentale pour l’analyse de l’histoire de la diplomatie espagnole à l’égard du monde arabe. Il s’agit d’une œuvre importante qui comble un vide dans l’histoire institutionnelle de la diplomatie espagnole en abordant un aspect clef de l’action extérieure de l’Espagne, celui de la diplomatie culturelle. Les témoignages et illustrations qui y figurent contribuent aussi à rendre l’ouvrage encore plus attrayant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Thieux, « Miguel Hernando de Larramendi, Irene González González y Bernabé López García (eds.), El instituto hispano-árabe de cultura. orígenes y evolución de la diplomacia pública española hacia el mundo árabe, Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarrollo, 2015. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/9406

Haut de page

Auteur

Laurence Thieux

Chercheure associée au Groupe d’Étude sur le Monde Arabe et Musulman (GRESAM). Université de Castille-La Manchelaurence.thieux@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page