Navigation – Plan du site

141 | juin 2017
Par delà le théâtre européen de 14-18 : L’autre grande guerre dans le monde musulman

Sous la direction de Cloé Drieu et Julie (d') Andurain

« Supposons que l’Allemagne, la France et l’Angleterre aient, à elles seules, composé le monde entier, supposons qu’il n’y ait eu, sur la surface du globe, que ces trois pays et, tout autour, les mers profondes. Auraient-elles fait la guerre ? »… « La guerre se communiqua d’Est en Ouest ; c’est l’Orient qui l’imposa à l’Occident ». Elie Halévy nous invite ici à renverser notre perspective de la Grande Guerre, généralement focalisée sur son théâtre européen, pour s’intéresser à l’Orient. Aussi, dans le cadre de ce dossier de la Remmm, nous souhaitons attirer l’attention des chercheurs travaillant sur le monde musulman pendant la Première Guerre mondiale, des Balkans à l’Asie centrale en passant par le Caucase, de l’Empire ottoman au Maghreb en passant par l’ensemble du Moyen-Orient.

Au regard de l’histoire de ces régions, il est évident que le cadre chronologique « 14-18 », déterminé par la logique de déclarations de guerre / traités de paix, n’est pas pertinent pour comprendre les enjeux du premier conflit mondial dans ces espaces. Il convient alors de considérer une chronologie élargie, en s’interrogeant d’abord sur les premières crises locales et leurs enjeux militaires et stratégiques qui constituèrent autant de préludes à la Grande guerre, avec notamment la guerre italo-turque de 1911 et les guerres balkaniques. Ces premières crises majeures, qui marquent l'essoufflement de la course impérialiste aux marges des puissances et empires européens, modifient de façon notoire les équilibres régionaux en Méditerranée, dans les Balkans et au Proche-Orient (projet d’annexion de l’Égypte par les Anglais dès 1908, projets de « Grande Syrie » en France, chemin de fer de Bagdad côté allemand). Ensuite, la Première Guerre mondiale est bien évidemment porteuse en son sein de ruptures et de crises dans les espaces, entre autres, musulmans : les empires entraînent leurs possessions territoriales dans la guerre par la mobilisation générale ou une mobilisation partielle différée ou bien celles-ci deviennent directement le théâtre de conflits et de fronts à part entière. Enfin, du fait de la contestation des traités de paix par la négociation et par la guerre, le « terme 1918 »  ne permet pas non plus de cerner la fin du conflit ; les questions de « sorties de guerre » et de pacification des sociétés doivent être abordées du point de vue de la rive sud de la Méditerranée car le premier conflit mondial se prolonge par exemple dans l’Empire ottoman par la « guerre de Libération » (jusqu’en 1923) pour donner naissance à la Turquie moderne ou dans l’Empire russe avec la guerre civile ; en ce qui concerne l’Asie centrale et le Caucase, la violence se pérennise par des périodes de guérillas antisoviétiques jusqu’à la fin des années 1920.

Ainsi, pour comprendre l’importance et la signification de la Première Guerre mondiale dans le monde musulman, nous proposons de réfléchir selon ces trois moments de recherche afin de rompre avec le cadre « 14-18 » et surtout pour mieux cerner les ruptures et trajectoires propres aux zones considérées :

1 -  Premières crises et aboutissement de la « question d’Orient » : redistribution des enjeux géostratégiques à la lumière des questions militaires

Ce premier moment de recherche s’interroge sur la signification de la Première Guerre comme point de rupture ou aboutissement de la « question d’Orient » : quels seraient alors les signes avant-coureurs de la butée impérialiste européenne dans le monde musulman, et quels en seraient en particulier les enjeux maritimes et terrestres pour les belligérants ? L’intérêt porté par les puissances ottomane et européennes aux routes maritimes, aux voies ferrées, aux points d’appui et aux détroits contribue à dessiner un nouveau cadre géographique qui vise à structurer et souder les empires et leurs possessions territoriales ; or, la maîtrise de ces voies stratégiques génèrent nombre de tensions. On se posera par exemple – et la liste n’est ici pas exhaustive – la question de la place du canal de Suez et du golfe Persique et plus généralement des routes maritimes dans la stratégie britannique, de celle des points d’appuis tels que les lieux saints ou les ports syro-libanais dans la stratégie française, des détroits et des passages dans celle des Ottomans, des Allemands et bien entendu de la Russie, sans oublier la question des voies ferrées et de la guerre du rail (railpower). Ces enjeux seront, pendant le conflit, déterminants au regard de la logistique des troupes et de l’approvisionnement.

2 – Crises et ruptures de guerre : modalités de la mobilisation des sociétés coloniales et impériales

La guerre une fois déclarée et les fronts primaires plus ou moins constitués, les empires mobilisent directement ou indirectement, instantanément ou de façon différée, les territoires coloniaux dans le conflit. Il faut alors s’interroger sur les ruptures sociales, économiques et politiques que constituent ces mobilisations au sens large, qu’il s’agisse de l’implication des hommes et des femmes dans la guerre (politiques impériales de conscription, recrutement dans l’active ou les bataillons de travail, résistances, organisation de l’économie du travail à l’arrière et question du genre) ; qu’il s’agisse de la mobilisation militaro-économique avec les jeux ou les remises en cause des situations monopolistiques (pétrole, coton, agriculture, opium) ; ou qu’il s’agisse enfin de la propagande de guerre avec l’importance de la religion (rôles des confréries et du pèlerinage à la Mecque), des idéologies transnationales concurrentielles (panislamisme, panturquisme, panarabisme), ou même l’archéologie comme outil d’influence.

3 – « Sorties guerre » ou « sortie d’empire » ? Nature des violences et nouvelles frontières

Il convient ici de s’interroger d’abord sur la nature spécifique du conflit, et des violences sur ces fronts dits « secondaires », lesquels se traduisent moins par l’opposition de forces armées relevant d’États distincts impliquées dans une logique de fronts que par des mécanismes de violences infra-étatiques du fait, entre autres, de la faiblesse du maillage étatique et administratif : le champ stato-militaire y est moins structuré aux marges des États et des empires, ce qui est compensé par des logiques paramilitaires (troupes irrégulières dans l’Empire ottoman, milices d’auto-défense en Asie centrale notamment), impliquées dans les massacres et les destructions systématiques et massives de populations civiles sur des bases ethniques ou religieuses. Pourront être abordées les questions de massacres et génocides (à l’exception du génocide arménien du fait de nombreux colloques et publications prévus en 2015), des déplacements forcés de populations et des réfugiés de guerre, des épidémies, famines et pénuries, ainsi que celle des désertions et du banditisme