Navigation – Plan du site

Romani Vincent, Faire des sciences sociales en Palestine. Oppression militaire et mondialisation académique, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM, 2016, 412 p.

Xavier Guignard
p. Vol.144

Texte intégral

1Le livre de Vincent Romani, tiré de sa thèse, offre une enquête à la croisée d’une sociologie politique des social scientists (terme qu’il choisit en l’absence d’équivalent en français) palestiniens et d’une sociologie des sciences – sociales – en Palestine. Il est nourri d’un long travail d’enquête qui lui permet d’incarner son récit et de parler de la Palestine « depuis la Palestine », sur un terrain dont la portée symbolique masque parfois la faiblesse empirique des travaux qui lui sont consacré. Le travail de Romani s’inscrit en cela dans une tradition de recherche, à laquelle il fait d’ailleurs référence, qui s’ouvre après Oslo avec les travaux pionniers de Jean-François Legrain et Aude Signoles (on devrait y ajouter Laetitia Bucaille), qui ont posé les bases d’une étude sociologique du politique en Palestine.

2Son ouvrage entraine le lecteur par aller-retours entre les acteurs palestiniens des sciences sociales (identités et trajectoires) et leurs pratiques disciplinaires (les lieux et les mutations du savoir). Sa réflexion d’ensemble est traversée par une autre question : comment penser la relation entre contexte violent – coercitif dans son travail – et production de sciences sociales ? L’intérêt principal de ce Faire des sciences sociales en Palestine réside d’ailleurs dans cette double entrée, une démarche sociologique classique quant à la construction de l’objet d’étude et son moyen d’enquête conjuguée à une réflexion épistémologique sur le statut du chercheur (ici l’enquêtant et l’enquêté) et de la connaissance dans un contexte de violence politique. Romani pose dans son premier chapitre les bases d’un travail qui saura intéresser différents lectorats et fait la démonstration que la sortie de l’« exceptionnalisme palestinien » dans les sciences sociales, qu’il appelle de ses vœux, est possible dès lors que le terrain palestinien est objectivé, c’est-à-dire construit comme « terrain de recherche » pour reprendre les mots de Michel Camau qui signe la préface. Son dernier chapitre souligne par ailleurs que cette objectivation ne se pense pas en contre d’une radicalité politique, mais bien au contraire qu’elle sait la nourrir.

3Dans le deuxième chapitre, Romani invite son lecteur à le suivre dans un détour par les préparatifs de sa recherche et ses tâtonnements, qui donnent à voir l’enquête en train de se faire. Il tente d’établir les contours du groupe d’acteurs qu’il suivra pour son enquête, ce qui lui permet de mettre en mots les difficultés posées par la situation palestinienne : faut-il inclure les social scientists qui travaillent dans le para-éducatif (ONG, think tanks) et l'administration ? Faut-il discriminer entre les non-docteurs et les docteurs au sein des universités ? En l’absence d’école doctorale, tous les Palestiniens doivent étudier à l’étranger et ils sont nombreux à y rester. Doit-on les inclure ? Et que faire de ceux, bannis ou réfugiés, qui ne peuvent franchir la frontière hermétiquement gardée par Israël qui maintient 60 % de la population palestinienne en exil ? S’il n’y a aucune « bonne réponse », il y a la proposition d’une démarche de recherche qui lui permet en filigrane de placer ses enquêtés dans l’environnement social palestinien qu’il connaît bien. Il adopte une approche multiscalaire qui permet de rendre compte de leurs propriétés sociales et de leurs mobilités sous occupation et au sein d’un fragile espace académique.

4Dans le chapitre suivant, il s’interroge sur les conditions de transformations d’une production scientifique d’abord mise au service du nationalisme palestinien avant de rencontrer son pouvoir étatique après le tournant des années 1980. Ce faisant, il écrit une histoire du mouvement national palestinien à travers la place que celui-ci a su accorder (ou non) à son élite intellectuelle en exil et à celle résidant à l’intérieur de la Palestine. La nakba (« catastrophe ») de 1948 a jeté près des trois quarts de la population palestinienne indigène sur les routes de l’exil forcé. Une société entière mise hors de chez elle du jour au lendemain et au sein de laquelle sociologues et politistes vont essayer d’agir, en défendant un nationalisme palestinien dans un environnement régional tenté par le panarabisme, en faisant exister la « question palestinienne » sur les campus européens et américains et, plus tard, en formant et conseillant les armées de travailleurs sociaux et fonctionnaires qui feront la jeune Autorité nationale palestinienne. Il dépeint une « science de l’action » qui ne laisse qu’une place marginale à l’idée même d’une recherche fondamentale et où les impératifs de recherche sont d’abord dictés par la situation politique palestinienne.

5L’analyse des dynamiques de transformations de la pratique des sciences sociales en Palestine conduit l’auteur à se demander pourquoi « la question sociologique transversale “qu’est-ce qui compose la société palestinienne” devient “comment transformer la société palestinienne” » ? Pour y répondre, son chapitre quatre explore deux pistes, la domestication de l’espace académique par l’Autorité nationale palestinienne et les effets de son apparition sur l’économie de l’expertise rendue possible par le financement des bailleurs de fonds occidentaux. En toile de fond semblent se dessiner les transformations plus globales auxquelles sont confrontées les sciences sociales – la « mondialisation académique » du sous-titre – qu’on aurait aimé voir davantage développées pour les explorer avec lui. Cette excellente piste permet de sortir des explications tautologiques et d’observer en Palestine certains effets de la mondialisation (qui ne contredisent en rien la poursuite de sa colonisation), mais elle est trop vite abordée. C’est une critique que l’on peut adresser plus généralement à cet ouvrage, dont la justesse des intuitions et des hypothèses et la précision du riche matériau empirique n’est pas toujours présentée de manière à servir au mieux sa démarche analytique.

6Le cinquième chapitre s’intéresse plus particulièrement aux récits biographiques des social scientists et dresse le tableau d’un groupe d’acteurs fortement politisés (quoique presque jamais représentants du versant « islamiste »), étudiés à travers leurs mobilités sociales et géographiques et leurs conditions d’entrée en profession. Ce chapitre est remarquable par l’abondance de ses données, par la combinaison de questionnements et d’analyses qui permettent de donner un aperçu d’une société dans son ensemble en s’intéressant à sa fraction universitaire. Romani écrit ici quelques-unes des pages les plus fines de la sociologie palestinienne disponibles en français.

  • 1 John Collins, Global Palestine, Oxford University Press, 2012.

7Son chapitre final, « faire des sciences sociales dans la violence », s’attache à définir le caractère coercitif de la situation palestinienne ainsi qu’à discuter la pertinence des postcolonial studies, dont l’une des références est le Palestinien Edward Saïd, pour penser la Palestine. Ce chapitre à la tonalité essayiste rompt avec la démonstration sociologique, parfois aride, des pages précédentes. Quittant le terrain des pratiques et des acteurs, Romani se place résolument dans celui des idées et propose une réflexion sur le statut de la Palestine dans la pensée politique et la validité des concepts mobilisés pour la décrire. En ce sens, il fait écho au récent Global Palestine1 en débouchant sur des conclusions inverses, servies par un raisonnement assez convaincant. Si elle peine parfois à trouver sa place dans l’économie générale de l’ouvrage, cette réflexion est tout à fait stimulante.

  • 2 Précédemment exposés dans Vincent Romani, « Enquêter dans les Territoires palestiniens. Comprendre (...)
  • 3 Dans une thèse récente et pour penser leurs relations au champ du pouvoir et au champ associatif, S (...)

8L’expérience de terrain permet à Vincent Romani de tirer de riches enseignements méthodologiques et épistémologiques sur la conduite d’une enquête de sciences sociales en situation de conflit2. Néanmoins, le délai passé entre la collecte de ses résultats et leur publication dans cet ouvrage aurait dû appeler, si ce n’est un chapitre supplémentaire, du moins quelques pages pour mentionner les transformations subies par son objet d’étude. Citons par exemple l’ouverture du premier parcours doctoral en sciences sociales (université de Bir Zeit) ou les conséquences pour l’organisation et la circulation des universitaires de la division des Territoires entre deux autorités concurrentes (Fatah/Hamas) depuis 2007. Rien d’ailleurs qui ne remette en cause les conclusions de l’auteur, mais ces précisions auraient permis de mieux délimiter la période historique de son étude cantonnée à la « première vie » de l’Autorité nationale palestinienne de sa création à la fin de la Seconde intifada (1994-2005). D’autre part, son refus d’emprunter à la sociologie bourdivienne (ou bourdieusienne) et plus largement à penser un « champ scientifique » palestinien donne parfois l’impression que la seule cohésion entre les acteurs qu’il étudie est leur profession, sans que ne soit jamais abordés – ou marginalement – leurs rapports de force et les enjeux inhérents à cet espace3. Ces critiques ne doivent pas masquer la richesse de l’enquête ethnographique et la réussite d’une démarche qui montre en pratique comment Faire des sciences sociales en Palestine.

Haut de page

Notes

1 John Collins, Global Palestine, Oxford University Press, 2012.

2 Précédemment exposés dans Vincent Romani, « Enquêter dans les Territoires palestiniens. Comprendre un quotidien au-delà de la violence immédiate », Revue française de science politique, 2007, vol. 57, no 1, p. 27-45.

3 Dans une thèse récente et pour penser leurs relations au champ du pouvoir et au champ associatif, Sbeih Sbeih a montré la portée d’une telle approche, La « professionnalisation » des ONG en Palestine : entre pressions des bailleurs de fonds et logiques d’engagement, thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Riccardo Bocco et Elisabeth Longuenesse, Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Guignard, « Romani Vincent, Faire des sciences sociales en Palestine. Oppression militaire et mondialisation académique, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM, 2016, 412 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9526

Haut de page

Auteur

Xavier Guignard

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page