Navigation – Plan du site

FRÉMEAUX, Jacques, 2016, La conquête de l’Algérie. La dernière campagne d’Abd el-Kader, Paris, CNRS éditions.

Didier Guignard
p. vol.144

Texte intégral

1Dans cet ouvrage de 330 pages, l’auteur aborde la guerre de conquête et les débuts de la colonisation française en Algérie. S’il s’appuie sur un travail de jeunesse – son mémoire de maîtrise soutenu en 1972 – ses recherches postérieures sur l’administration militaire ou la spécificité des guerres coloniales, au Maghreb comme à l’échelle des empires, lui confèrent une expertise en la matière (Frémeaux, 1993a, 1993b, 2002, 2010). Aussi un tel retour sur « la dernière campagne d’Abd el-Kader » (septembre 1845-décembre 1847) a des vertus pédagogiques, servies par d’indéniables qualités d’écriture. L’épisode est découpé en courtes séquences – plutôt qu’en chapitres – qui lui permettent de dérouler différentes facettes du conflit, parfois concomitantes.

2Le moment est en effet bien choisi. Quinze ans après le débarquement de Sidi Ferruch et malgré l’ampleur des effectifs mobilisés (82 000 hommes en janvier 1845, jusqu’à 111 000 en juin 1846), la « pacification » du Tell paraît être un éternel recommencement. Elle expose alors la France à ses voisins européens ; elle interroge sur les méthodes employées et les ressorts de la résistance. C’est encore elle qui conditionne et met en concurrence divers projets de colonisation foncière. Ils sont le fait d’officiers supérieurs qui, pour des raisons stratégiques, idéologiques ou carriéristes, défendent des implantations civiles ou militaires, d’initiative privée ou étatique, visant à quadriller ou à refouler les tribus définitivement. Sans être ignorées, les violences de la guerre contre la société algérienne comptent moins dans les débats parlementaires et l’opinion métropolitaine que les arguments budgétaires, les revers et l’épuisement d’une armée composée pour moitié de paysans tirés au sort. Le devenir de la monarchie de Juillet semble même arrimé à celui de sa possession africaine depuis que le roi l’a proclamée terre « désormais et pour toujours française » (1841). Dans le contexte européen d’équilibre des puissances, il n’y a guère qu’en Algérie où un officier puisse récolter ses galons, un prince de sang apprendre à commander et à gouverner, le régime espérer capter une part de « gloire » nationale.

3Ces liens étroits avec la culture politique française ont fait l’objet d’un réexamen récent (Sessions, 2011). Jacques Frémeaux y ajoute ses compétences d’historien militaire, comparant de façon très suggestive les forces et faiblesses de l’armée française et de ses auxiliaires algériens à celles des réguliers d’Abd el-Kader et de ses alliés de circonstance (parmi les tribus mobilisées ou révoltées). Ces divers protagonistes se distinguent selon l’adaptation au climat et la mobilité (avec ou sans chevaux), les dispositifs tactiques et buts de guerre, les motivations spirituelles ou matérielles. Ces facteurs expliquent que chaque camp a une capacité inégale à peser sur les tribus, à se jouer de la frontière avec le Maroc, à tomber sur l’ennemi ou à lui échapper. Si dans la durée la France répare ses pertes plus facilement que son adversaire, ses difficultés à s’imposer, combinées aux moyens militaires qu’elle déploie, allongent la liste des crimes et des exactions. À ce propos, l’auteur souligne l’effacement des préceptes humanistes et religieux – des deux côtés – quand le désir de vengeance ou la pratique systématique de la razzia contribuent à la brutalisation des esprits. Certains épisodes paroxystiques sont devenus des lieux de mémoires toujours vives : le tombeau des braves de Sidi Brahim, l’« enfumade » des Ouled Riah ou l’emmurement des Sbea, l’exécution des prisonniers d’Abd el-Kader… Le mérite de l’auteur est de les traiter comme tels après avoir rappelé précisément les faits et leur contexte.

4« Le reproche qu’on pourrait adresser à ce livre, anticipe l’auteur, est d’utiliser à peu près exclusivement les sources françaises. » (p. 11) Il s’en défend en insistant sur la liberté d’expression qui émane de ces lettres, rapports ou imprimés du XIXe siècle, lesquels finissent par ne plus rien cacher des intentions au sommet. Il est pourtant fréquent dans les archives militaires à Vincennes de découvrir des correspondances en arabe entre chefs algériens et autorités françaises qui permettent d’accéder à d’autres points de vue. Une quête indiciaire aiderait aussi à éviter un biais récurrent de la documentation ou de l’historiographie sacrifiant trop souvent le vécu de la conquête au rôle des « grands hommes » : Bugeaud, Lamoricière, Yusuf, Abd el-Kader, le duc d’Aumale, Bou Maza, Tocqueville, Lamartine ou Guizot. Non que Jacques Frémeaux ignore les aspirations, réactions et souffrances des anonymes – simples paysans, bergers, colons ou soldats – quand il évoque « l’extension de l’insurrection », « les épreuves de l’armée » ou « le sort des Algériens » (p. 90-94, 208-230). Mais tout est affaire de priorité, si bien qu’une autre approche de la conquête reste possible : celle qui articulerait davantage les types de sources, les disciplines, les angles ou échelles d’observation. Y incitent des propositions de renouvellement historiographique sur des conflits comparables (Hämäläinen, 2009 ; Nichols, 2013 ; Greaves et Mkhize, 2014).

Haut de page

Bibliographie

FRÉMEAUX Jacques, 1993a, Les bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, Paris, Denoël.

FRÉMEAUX Jacques, 1993b, L’Afrique à l’ombre des épées : 1830-1930, Paris, Service historique de l’armée de terre, 2 volumes.

FRÉMEAUX Jacques, 2002, La France et l’Algérie en guerre, 1830-1870, 1954-1962, Paris, Economica.

FRÉMEAUX Jacques, 2010, De quoi fut fait l’empire ? Les guerres coloniales au XIXe siècle, Paris, CNRS éditions.

GREAVES Adrian et MKHIZE Xolani, 2014, The Zulus at War. The History, Rise and Fall of the Tribe that Washed its Spears, New York, Skyhorse.

HÄMÄLAÏNEN Pekka K., 2009, The Comanche Empire, New Haven, Yale University Press.

Nichols, Roger L., 2013, Warrior Nations: The United States and Indian Peoples, Norman, University of Oklahoma Press.

SESSIONS Jennifer, 2011, By Sword and Plow. France and the Conquest of Algeria, Ithaca, Cornell University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Guignard, « FRÉMEAUX, Jacques, 2016, La conquête de l’Algérie. La dernière campagne d’Abd el-Kader, Paris, CNRS éditions. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 07 mars 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9556

Haut de page

Auteur

Didier Guignard

Chargé de recherche à l’IREMAM CNRS/AMU, guignard@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page