Navigation – Plan du site

Les Syro-Libanais en Afrique Occidentale Française (A.O.F) des années 1880 à 1939

The Syrian and Lebanese Migrants in Colonial French West Africa, 1880s-1930s
Julien Charnay
p. Vol 142. Seconde Partie, Etudes libres

Résumés

Grâce à l'exploitation des archives du Gouvernement général de l' A.O.F et dans une perspective d'histoire sociale, cet article se propose d'étudier les chaînes migratoires qui se sont construites entre les villages du Mont-Liban et les colonies de la fédération d'Afrique occidentale française, essentiellement la Guinée et le Sénégal, depuis leur émergence dans les années 1880 jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale avant laquelle s'opère un tournant de la politique impériale française, aussi bien au Proche-Orient qu'en Afrique de l'Ouest. Dans un premier temps, il se propose d'interroger le caractère véritablement transnational de l'immigration des « Syro-Libanais », qualifiés comme tels par l'administration coloniale, en déterminant l'identité et le rôle des différents acteurs et relais sociaux de ces migrations ayant encadré les parcours des immigrants entre le Liban et les colonies ouest-africaines. Il en ressort que ceux-ci s'insèrent dans des réseaux transnationaux finement structurés au sein desquels l'intégration des individus dépend en grande partie d'un capital économique et social. L'article se propose ensuite de replacer cette histoire migratoire dans le contexte d'une politique coloniale française animée par une volonté de mise en valeur et de ce fait ouverte à tous les acteurs jugés capables d'y participer avant, sous l'effet de la crise des années 1930, d'opérer un tournant autarcique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction.

  • 1 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), Beyrouth consulat, série A, Affaires consulaire (...)

1 « À Beit Chabab, [petit village du Metn situé à quelques dizaines de kilomètres de Beyrouth], on dit couramment que l'on gagne son argent trois fois plus vite en Guinée qu'en Amérique »1. Cette remarque rapportée par Georges Poulet, lieutenant-gouverneur de la colonie de Guinée dans un rapport de mission de 1911 destiné au ministère des Colonies à Paris aurait de quoi surprendre si l'on oubliait que certaines régions du Liban et de Syrie ont été le foyer depuis la deuxième moitié du xixe siècle d'importantes circulations humaines les reliant à différentes parties du monde. Le petit village de Beit Chabab apparaît ainsi comme l'un des nombreux « villages mondialisés » (Levitt, 2001) de la région, transformés progressivement par le départ de plusieurs dizaines de leurs enfants partis pour améliorer leur situation socio-économique vers d'autres continents. Le développement de migrations dans un espace impérial français qui se construit selon des modalités hétéroclites doit ainsi être appréhendé, pour reprendre les termes du sociologue A. Sayad, en croisant « variables d'origine » propres à comprendre les raisons de l'émigration depuis le Levant, et « variables d'aboutissement » (Sayad, 1999 : 57) afin de cerner, d'une part, les parcours migratoires des individus, et d'autre part les facteurs favorables à une installation pérenne dans la société coloniale ouest-africaine. Ce cadre bien établi des études migratoires nous invite donc à considérer ce processus comme un phénomène continu (ou transnational pour reprendre le terme qui s'est imposé dans les travaux anglo-saxons portant sur l'immigration), liant foyers de départ et foyers d'arrivée. Car c'est bien dans ce cadre continu que s’est construit le statut du migrant entendu comme l'ensemble des caractères et des ressources reconnus socialement à l'individu par ses compatriotes et par le pouvoir colonial. Ce statut influe sur les conditions de son départ du Liban ou de Syrie, sur celles de son arrivée et de son parcours en A.O.F, ainsi que sur les relations construites entre ces deux pôles de la migration. Il s'agira donc de voir comment ces quatre configurations apparaissent déterminées par des variables de départ comme le capital social du migrant (son inscription dans des réseaux de parentèle, dans une communauté villageoise finement structurée et hiérarchisée etc.) ou économique (sa capacité à financer son voyage, son accès aux ressources économiques de la communauté migrante etc.) et par des variables d'arrivée où le statut de l'immigré oscille entre auxiliaire désiré de la politique coloniale française et individu à encadrer, à contrôler, voire individu subversif à éloigner.

2 Pour ce qui est du contexte de naissance de ces flux migratoires, la Syrie et surtout le Liban connaissent, à l'image de l'Empire ottoman dans son ensemble depuis l'ouverture de la période des Tanzimat en 1839, de profondes mutations au tournant des xixe et xxe siècles dont la circulation des hommes devient une des manifestations les plus concrètes. L'essor économique de la région s’est traduit d'abord par l'émergence de villes portuaires comme Beyrouth, par le développement d'une petite industrie soyeuse dans la montagne libanaise (Chevallier, 1982) et par celui d'une marine marchande à vapeur. Les effets de cette ouverture économique se sont couplés à ceux, plus anciens, de l'ouverture culturelle de la région dans laquelle des écoles religieuses européennes et plus particulièrement françaises ont joué un rôle majeur pour prédisposer ses habitants à l'émigration. De véritables « chaînes migratoires » (Macdonald et al., 1964) liant chaque village à différentes annexes construites sur d'autres continents se sont développées et ont été, du fait de connexions maintenues ou parfois reconstruites par ses acteurs, le moteur de profonds changements sociaux et culturels.

  • 2 Nous retenons ici la dénomination de « Syro-Libanais », largement utilisée dans les sources, bien q (...)

3 Dans les foyers d'arrivée, essentiellement guinéen et sénégalais pour la période qui nous concerne, les réussites économiques de certains immigrés permises par leur insertion dans l'économie de traite de l'A.O.F et dans sa société coloniale ouvrent la voie à une installation pérenne. En effet, alors que la mise en valeur de la Fédération s'épanouit dans le cadre d'une exploitation confiée à des grandes maisons de commerce métropolitaines, les Syro-Libanais2 investissent rapidement une niche socio-économique d'intermédiaires entre paysans africains invités à se spécialiser dans des cultures tropicales, comme le caoutchouc en Guinée et l'arachide au Sénégal, et ces maisons européennes qui font le commerce de ces productions. L'installation des immigrés accompagne ainsi, tout au long de cette première moitié du xxe siècle, la consolidation d'un pouvoir impérial français et d'une société coloniale qui se définit de plus en plus en des termes racialisés (Stoler, 2002). Ainsi, à mesure qu'augmentent les flux d'entrée de migrants syro-libanais en A.O.F et qu'évoluent les mentalités coloniales, la gestion de la présence de ces migrants, bénéficiant de statuts administratifs spéciaux du fait de l'engagement diplomatique de la France au Liban et en Syrie, se montre de plus en plus complexe. En effet, à un premier temps où celle-ci est vue sous un regard positif, les Syro-Libanais participant de la prospérité globale de la colonie, succède à partir des années 1920 une période où les velléités de contrôle de l'administration coloniale se précisent. Poussée par la mobilisation de groupes sociaux métropolitains dénonçant la concurrence de ces commerçants et par le repli protectionniste de la politique coloniale française au début des années 1930, l'administration coloniale doit cependant agir dans le cadre contraint des engagements diplomatiques de la France vis-à-vis des ressortissants libanais et syriens désormais sujets des Mandats qu'elle exerce depuis 1920. Des communautés syro-libanaises s'établissent donc durablement dans l'ordre impérial français en A.O.F entre les années 1880, temps mythique des pionniers, jusqu'en 1939 où l'embrasement de la Seconde Guerre mondiale interrompt, une nouvelle fois après 1914, les circulations internationales.

4 Mais si elle a influencé la construction d'un ordre impérial français en A.O.F à des niveaux économique, social et politique, la présence de ces migrants syro-libanais n'en a pas moins eu de profonds effets en retour sur leurs villages et sociétés d'origine dans la mesure où tout un ensemble de remises sociales leur permet de maintenir, voire de créer des liens avec leur foyer d'origine. Ces effets-retours d'une émigration massive à l'échelle de ces villages sont alors d'autant plus puissants que les liens physiques (séjours de retour) ou plus dématérialisés (sommes d'argent envoyées aux proches restés au village, lettres transportées d'Afrique au Liban grâce aux paquebots postaux etc.) sont facilités et finissent par transformer les hiérarchies sociales, les normes socio-culturelles et matérielles des villages d'origine syriens et libanais (Khater, 2001). Les migrants d'A.O.F, à l'image de ceux de l'ensemble du mahjar, apparaissent ainsi comme les acteurs de profonds changements sociaux mais aussi politiques, comme l'illustrent les engagements nationalistes dont certains font preuve et qui sont l'objet d’enquêtes de la part des services de renseignement du Gouvernement général de Dakar.

5 C'est donc en articulant les variables des contextes de départ au Liban et en Syrie, d'arrivée en A.O.F, ainsi que les relations entre ces deux foyers que peut être appréhendée la construction d'un statut déterminant l'évolution des Syro-Libanais en A.O.F qui se réalise au sein de la communauté migrante et sous l'influence d'une administration coloniale sollicitée dans différentes régions de son empire par le développement de ces chaînes migratoires.

Partir depuis le Liban et de la Syrie. L'émigré et sa communauté d'origine.

De quel type de migration parle-t-on ?

6 À rebours d'une historiographie datée faisant de l'émigration syro-libanaise une réponse adoptée par des populations chrétiennes à la suite des persécutions menées par le pouvoir ottoman à partir des massacres confessionnels de l'été 1860 (Safa, 1959), les travaux les plus récents sur la question soulignent que ces flux migratoires naissent dans un contexte politique apaisé construit par la mise en place de la mutassarrifiya du Mont-Liban (Akarli, 1993). Les principales causes de répulsion seraient donc plutôt à chercher du côté de la crise de l'industrie soyeuse de la région à partir des années 1880, mise à mal par l'arrivée sur les marchés européens de la production extrême-orientale (Arsan, 2014 : 30-35). Cette industrie s'étant développée dans de nombreux villages de la montagne libanaise, principal foyer de peuplement des communautés chrétiennes, et notamment maronites, de la région, la baisse des revenus liée à la crise de ce secteur aurait contraint leurs habitants à l'exode rural puis à l'émigration ultra-marine dans l'espoir de maintenir un certain niveau de vie. La précocité de cette crise affectant une industrie structurante pour les communautés villageoises du Metn explique ainsi l'apparition d'un premier courant migratoire, concernant essentiellement des populations chrétiennes, reliant ces villages à différentes régions du monde, dont l'A.O.F dès les années 1880. Ce premier courant migratoire s'essouffle à partir de la fin des années 1910 alors qu'un autre courant migratoire concernant cette fois les communautés chiites du Liban Sud se développe et finit par constituer l'essentiel de l'émigration syro-libanaise vers les colonies françaises d'A.O.F.

7 L'émigration syro-libanaise en A.O.F apparaît dès l'origine comme une migration essentiellement économique. Les premiers migrants présentent alors un profil socio-professionnel particulier marqué par la jeunesse des individus, un fort taux de masculinisation et une prédilection pour le commerce ambulant dans le cadre d'une économie de traite se développant alors autour du caoutchouc en Guinée et de l'arachide au Sénégal (Marfaing, 1991 : 97). Un tel profil se rapproche de celui d'autres populations migrantes et commerçantes, à l'image des petits commerçants d'Europe de l'Est installés à Paris entre les années 1880 et 1930 (Zalc, 2010). Comme pour ces derniers, le petit commerce ambulant et indépendant permet aux migrants syro-libanais arrivés dans les principaux ports de l'A.O.F, Conakry et Dakar, de subvenir rapidement à leurs besoins puis de dégager quelques bénéfices systématiquement réinvestis dans le renouvellement de leur offre (rachat de biens de consommation à troquer contre la production d'arachides et de caoutchouc des paysans africains) jusqu'à ce que les bénéfices accumulés leur permettent de monter de véritables commerces en dur, voire de véritables entreprises. Le développement d'une économie de traite en A.O.F, soumise à un régime concurrentiel d'exploitation animé par de grandes maisons de commerce bordelaises (Maurel et Prom, J. Derès, de Buhan et Tesseire) et marseillaises (Verminck, Compagnie Française d'Afrique Occidentale) a donc offert des opportunités de développement pour le commerce syro-libanais. Dans le cadre de cette économie de traite, ces maisons de commerce se sont installées dans les grandes villes côtières de la Fédération comme Gorée, Saint-Louis ou Rufisque dans les années 1880 et 1890, avant de suivre les progrès de la pacification et des lignes de chemin de fer pour ouvrir des succursales à l'intérieur des terres. Sur la base du troc et de crédits accordés aux paysans africains, destinés à l'achat de semences ou de nourriture lors de la soudure, ces maisons ont drainé les productions qui dépassaient par exemple les 200 000 tonnes pour l'arachide au Sénégal en 1898 (Marfaing, 1991 : 170). La réussite de ces maisons reposait ainsi en grande partie sur l'action d'intermédiaires commerciaux qui assuraient ces opérations de troc et de crédit jusque dans les régions les plus reculées de la Fédération, et nombre d'entre elles ont utilisé les réseaux commerciaux tissés par les migrants syro-libanais. Ces derniers investirent donc une niche socio-économique et furent d'autant plus libres de le faire que les représentations métropolitaines sur l'A.O.F ne faisaient pas de celle-ci une colonie propice à l'installation des Européens jugés peu adaptés au climat, aux maladies tropicales et aux différentes formes de contact inévitables avec les populations africaines. Les conditions de vie spartiates, l'isolement et l'obligation de célibat imposés sur place par exemple aux employés de la Compagnie française d’Afrique occidentale (C.F.A.O) rendaient en effet difficile le recrutement de jeunes métropolitains (Bonin, 1987), signe d'un certain désamour envers cette colonie.

L'intégration des migrants dans des réseaux économiques et sociaux.

  • 3 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), Beyrouth consulat, série A, Affaires consulaire (...)

8 Les premiers migrants syro-libanais qui débarquent, vraisemblablement dans le port de Dakar, principale porte d'entrée de la colonie, connaissent des succès économiques qui permettent le départ de nouveaux migrants. L'estimation quantitative établie en 1938 par Jean-Gabriel Desbordes fait état d'effectifs relativement faibles avant un décollage certain à partir des années 1920. Les autres sources disponibles, émanant principalement des services de renseignement de la Fédération3, signalent l'arrivée des premiers migrants dans les années 1890, en Guinée notamment qui demeure la destination privilégiée des migrants syro-libanais jusqu'à la date charnière des années 1920. L'appréhension statistique de ces flux migratoires par l'administration coloniale française révèle cependant un décalage temporel entre l'arrivée effective des premiers migrants et la prise de conscience de leur présence et leur quantification par l'administration, notamment dans un contexte où la pacification de l'Afrique de l'Ouest ainsi que le pouvoir colonial français ne sont pas assurés. Saïd Boumedouha constate ainsi qu'au Sénégal les autorités françaises n'enregistrent l'arrivée de migrants libanais qu'à partir de 1896 alors que la mémoire des migrants fait état d'une arrivée plus précoce des pionniers en lien avec le décollage du cycle de l'arachide dans cette colonie à partir des années 1876-1880 (Boumedouha in Hourani, Shehadi et al., 1993 : 549-564).

9 Concernant la Guinée, le rapport du lieutenant-gouverneur Georges Poulet nous permet d'avoir des relevés plus précis de la présence syro-libanaise dans cette colonie de la Fédération et de voir comment l'évolution du parcours migratoire des Syro-Libanais en A.O.F est déterminée par leur inscription dans des réseaux sociaux et économiques complexes. Le lieutenant-gouverneur nous indique ainsi que sa colonie comptait deux migrants en 1896 puis 18 en 1897, 477 en 1907 et enfin 1 137 en 1910, année pendant laquelle celui-ci entame une mission d'étude dans le village de Beit Chabab, dans le Mont-Liban, d'où sont originaires la plupart des individus formant « la colonie syrienne de Guinée ». La véritable monographie qu’il en fait permet également d'illustrer les difficultés de l'installation des migrants d'un point de vue économique ainsi que la mobilité géographique des pionniers dans la Fédération. Il faut en effet envisager ici un parcours migratoire multipolaire dans le cadre duquel les migrants font preuve de mobilité en fonction des opportunités commerciales que présente chaque territoire, avant de s'installer définitivement. Les exemples donnés par Georges Poulet illustrent cette mobilité ainsi que le rôle joué par le réseau relationnel des migrants dans leur parcours. Il cite notamment le cas d'un homme de 22 ans, Bichara Jacob al-Ghoussoubi, qui quitte son village de Beit Chabab pour Dakar vraisemblablement en 1895. Après son arrivée dans cette ville qui est alors la principale porte d'entrée de la Fédération, le jeune homme se rend dans la colonie britannique voisine du Sierra Léone où il rencontre un commerçant originaire du même village libanais et qui avait émigré dans un premier temps en Argentine, Assad Bittar. Les deux hommes finissent par s'associer pour pratiquer le commerce ambulant mais puisque celui-ci « n'allait pas à leur gré », les deux hommes partent pour la Guinée française où ils s'installent à Boké, sur la côte Nord, après trois jours passés à Conakry. « Mais cette première fois en Guinée ne leur fut pas favorable » et les deux hommes retournent à Freetown. En 1899, les deux compères rentrent à Beit Chabab avec un pécule de 6 000 francs pour Bichara et de 4 000 francs pour Assad. En 1900, ce dernier repart pour la Guinée où il meurt en 1902, tandis que Bichara s'installe définitivement à Conakry en 1904 après un précédent voyage écourté en 1902 pour cause de maladie. Après un an de commerce avec les maisons métropolitaines, il part pour la ville de Kindia, une petite localité située à 135 kilomètres au Nord de Conakry et dans l'arrière-pays où il rejoint le commerce d'un de ses parents, Abib Fayad al-Ghoussoubi pendant deux ans. Il rentre ensuite définitivement à Beit Chabab avec un pécule de 20 000 francs.

10 La mobilité géographique est ici un corollaire de la précarité de l'activité commerciale des migrants, réalisée avec un capital minimal, et de l'installation plus ou moins pérenne des migrants. Elle reflète aussi une représentation de l'espace vu comme ressource caractéristique des individus engagés dans ce type de réseaux commerciaux, basé dans un premier temps sur le colportage (Fontaine, 1993), et dans un certain nombre de réseaux sociaux. Les premières entreprises commerciales des migrants sont ainsi formées entre individus partageant des liens de connaissance, voire de parenté. Alors que les pionniers avaient débarqué en A.O.F au hasard des correspondances des lignes de paquebot des grandes compagnies maritimes, comme celles partant de Marseille (Rada-Nasser, 2006), des informations données par des courtiers, les générations de migrants arrivées à partir des premières décennies du xxe siècle viennent sur une terre d'opportunités reconnue en tant que telle. Un réseau migratoire où circulaient les informations sur les opportunités commerciales de la colonie, sur les conditions réglementaires d'entrée, les possibilités de premier logement et de travail offertes par la communauté installée, se met progressivement en place.

Des chaînes migratoires encadrées par une diversité d'acteurs.

  • 4 L'aîné, Assef, né dans ce village du Metn en 1883, arriva en Guinée en 1905 où il fut enregistré au (...)
  • 5 Au sein de cette famille, nous connaissons mieux le parcours de Khalil, né en 1904 et arrivé en Gui (...)

11 Ces chaînes migratoires furent par la suite animées par deux catégories d'acteurs. D'une part des immigrés bien installés parviennent grâce à un capital économique et social accumulé en A.O.F à organiser l'émigration de compatriotes depuis le Liban ou la Syrie du fait de leur capacité à informer, à loger et à fournir un premier travail dans leurs commerces. Ces individus jouant le rôle de patrons de la communauté migrante, à l'image des frères Koussayer4 de Beit Chabab, installés en Guinée, ou des Fakhoury5 originaires du même village et installés dans la même colonie, organisent l'émigration en Afrique de parents, d'amis et d'autres connaissances plus éloignées. D'autre part, un ensemble d'acteurs externes à ces communautés migrantes, dont l'activité économique est liée à ces déplacements, encouragent de façon intéressée ces flux migratoires. Compagnies maritimes, courtiers, revendeurs de billets, hôteliers installés dans les villes de correspondance maritime orientent ou encouragent ces migrations sans que les autorités françaises et ottomanes avant la Première Guerre mondiale puissent véritablement les encadrer en vérifiant notamment si les migrants embarqués respectent les conditions de départ imposées par la législation sur l'émigration (Akarli in Hourani, Shahadi et al., 1993 : 109-138) ou celles imposées pour l'entrée en A.O.F dans les années 1920 et 1930. Un véritable commerce de la migration encourage le départ des Syro-Libanais. L'activité des compagnies de navigation illustre parfaitement l'influence de ces acteurs externes sur l'intensité des flux migratoires syro-libanais vers l'Afrique occidentale. Même si leur développement est un enjeu pour les diplomaties européennes, ces dernières n'hésitent pas à critiquer vertement les infractions aux lois encadrant l'émigration dont ces compagnies se rendent coupables afin d'accroître le nombre de billets vendus. La question des embarquements clandestins, c’est-à-dire ne respectant pas les restrictions au départ imposées par les autorités ottomanes, et celle de la corruption des petits fonctionnaires de police locaux fermant les yeux sur ces départs contre le paiement de bakchich, préoccupent particulièrement les services consulaires français de Beyrouth. À propos d'embarquements clandestins réalisés sur des navires de la compagnie Cyprien Fabre, le consul de Beyrouth peut écrire en 1891 :

  • 6 CADN, Beyrouth Consulat, série A, Affaires consulaires. Émigration, 1891-1914, 92PO/A/240 : Lettre (...)

« Qu'il se créé une industrie d'entrepreneurs d'émigrants dont les opérations consistent à racoler des émigrants et à les embarquer à forfait pour un prix variant de 100 à 120 francs soit au mouillage soit, si la police n'a pu être gagnée, en mer à un point convenu à l'avance »6.

  • 7 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 4M2152 : « Affaire Sursock (1891) » et «  (...)

12 Ces compagnies finissent par proposer aux migrants de véritables forfaits incluant le billet et le versement de pots-de-vin aux fonctionnaires de police, que ce soit au Liban ou dans leurs ports d'escale et de correspondance vers l'Afrique, notamment Marseille où certains courtiers ont pignon sur rue tout au long de cette période7.

L'évolution diachronique des chaînes migratoires syro-libanaises en A.O.F.

  • 8 ANOM, 1AFFPOL1432 : « Rapport du Comité Syro-Libanais de Siné-Saloum » in Lettre du Gouverneur géné (...)

13 L'émigration syro-libanaise connaît deux phases principales de croissance, l'une antérieure et l'autre postérieure à la Première Guerre mondiale qui interrompt brutalement ces flux. Cette première phase est celle de communautés rurales chrétiennes affectées par la crise des activités économiques ayant structuré leur environnement socio-économique au xixe siècle. À partir des réussites de certains pionniers, dont les parcours migratoires sont l'objet de reconstructions mémorielles précoces de la part des migrants, s'établit une première migration dont les effectifs peuvent être évalués à plusieurs centaines d'individus en Guinée et au Sénégal (Desbordes, 1938), encadrés par les réseaux commerçants constitués par les migrants. Le rétablissement de la liberté de circulation en Méditerranée après la fin de la Première Guerre mondiale ouvre la voie à un certain nombre d'évolutions structurelles des chaînes migratoires syro-libanaises. Démographiquement, le rétablissement des circulations internationales en 1919 permet un nouvel essor de l'émigration et plus précisément le départ de populations chiites des régions méridionales du Liban, comme le Jabâl 'Amîl, qui finissent par représenter à cette période l'essentiel de l'immigration syro-libanaise en A.O.F sans que nos recherches ne nous permettent d'émettre des hypothèses sur les relations établies entre ces nouveaux venus et les immigrés plus anciennement installés. D'un point de vue géographique ensuite, les migrants investissent de plus en plus les régions intérieures des colonies, et notamment du Sénégal, au moment où la production arachidière explose (Marfaing, 1991). À l'inverse, les marchés représentés par les grandes villes portuaires de la Fédération, comme Dakar, présentent des formes de saturation. S'opèrent sur ces territoires urbains des dynamiques de ségrégation ethnique avec l'apparition de véritables quartiers syro-libanais comme à Dakar autour de la rue du Liban ou de l'avenue Gambetta (Arsan, 2014 : 164). Enfin, du point de vue sociologique, l'arrivée de nouveaux individus met à l’épreuve leur capacité d'intégration, les patrons de la communauté n'arrivant plus à fournir travail et logement aux nouveaux arrivés. Les revendications émises par les comités syro-libanais regroupant les migrants bien établis et acquis à la gestion française de la colonie expriment même parfois une demande de contrôle et de limitation d'une immigration désormais vue comme désorganisée, sans qu'il soit possible de déterminer qui sont précisément ces immigrés désargentés que ciblent ces comités8. L'arrivée de plusieurs milliers de migrants syro-libanais illustre finalement la vie d'une chaîne migratoire où l'importance des flux d'entrée met à mal les structures d'encadrement qui régulaient les départs ainsi que les parcours migratoires à l'intérieur des colonies de la Fédération.

Arriver et vivre en A.O.F : les immigrés syro-libanais en A.O.F face au pouvoir colonial et à leur communauté d'origine.

  • 9 ANOM, 1AFFPOL1432 : PAILLARD Jean, « Laissera-t-on le troisième port français, Dakar, aux mains des (...)
  • 10 ANOM, 1AFFPOL1432 : Lettre de l'Union coloniale au ministre des Colonies du 21 octobre 1935.

14 « Laissera-t-on le troisième port français, Dakar, aux mains des étrangers ? » s'inquiète le journaliste Jean Paillard dans le numéro de janvier 1938 de L'Action Française9. Depuis le tournant protectionniste de la politique coloniale française consécutive à la crise économique des années 1930 (Marseille, 2005 : 59), la présence de plusieurs milliers de commerçants syro-libanais au Sénégal inquiète non seulement des idéologues maurrassiens intéressés aux questions coloniales, comme Jean Paillard, mais aussi des membres de l'administration coloniale comme l'atteste en 1935 une demande d'enquête du ministère des Colonies sur les opportunités de placement de jeunes Français dans le commerce colonial10. Si dans les années 1930 des peurs d'envahissement sont exprimées par des représentants des petits commerçants métropolitains installés en A.O.F, peurs parfois relayées par la mise en place d'une législation de plus en plus soucieuse d'encadrer au moins l'arrivée des migrants, les opinions des décideurs coloniaux sont nettement plus contrastées lorsque les premiers migrants s'installent dans les colonies. Le pouvoir colonial assigne ainsi aux Syro-Libanais un statut fluctuant en fonction des impératifs de sa gestion de l'Empire et de ses populations ainsi que de leur degré d’adhésion à l'ordre impérial.

Les Syro-Libanais d'A.O.F, des « intrus dans l'Empire » (Arsan, 2014) ?

  • 11 Selon la mention indiquée sur les fiches de renseignements de migrants condamnés pour leur morale « (...)

15 L'Afrique subsaharienne n'est pas perçue comme une région propice à l'installation des Européens et les décideurs de la Troisième République, s'ils accordent une importance à l'accroissement du prestige français permis par la conquête coloniale, ne souhaitent pas que le prix à payer soit trop élevé. « Acquérir les colonies d'accord. Mais y investir c'était une autre affaire » : en 1913, l'Empire colonial captait environ 7 % des dépenses de l'État et seulement 9 % des investissements français (Coquery-Vidrovitch, Goerg, 1992 : 153) et les trois-quarts de ces sommes concernaient alors l'unique colonie de peuplement qu'est l'Algérie. Ainsi, alors que l'administration et le pouvoir coloniaux français se consolident dans le sens de la centralisation, avec la création de la Fédération de l'A.O.F sous l'égide d'un gouvernement général sis à Dakar et dépendant du ministère des Colonies, les immigrés syro-libanais bénéficient de représentations positives auprès des décideurs coloniaux qui leur reconnaissent un rôle primordial dans « la mise en valeur » de la colonie. Définie par les deux premiers gouverneurs-généraux civils de la colonie, Ernest Roume (1902-1908) et William Ponty (1908-1914), cette politique doit permettre, en élevant les conditions de vie de la population et à travers des investissements massifs dans les infrastructures de transport, sanitaires et d'éducation, de rendre l'A.O.F prospère et de renforcer le pouvoir français dans la région (Conklin, 1997 : 16). L'activité commerçante des Syro-Libanais se voit donc attribuer le mérite de participer à cette amélioration des revenus et des niveaux de vie des paysans africains et à « la mission civilisatrice » française en Afrique. Cette vertu associée au commerce syro-libanais dans la colonie s'explique principalement par la stratégie aussi bien économique que géographique adoptée par les immigrés. Celle-ci est basée sur des chaînes de crédit internes à la communauté (Arsan, 2014 : 140), la mobilité liée à la faiblesse de leur capital initial et le désenclavement progressif des régions intérieures à partir des villes portuaires. Les Syro-Libanais investissent par exemple les petites villes desservies par les lignes de chemin de fer inaugurées dans les années 1910, comme Kankan en Guinée, Diourbel ou Kaoloack au Sénégal. La capacité de pénétration des marchés autochtones par les migrants est renforcée par un effort d'acculturation auprès des populations locales comme l'illustrent l'apprentissage des langues wolof ou sérère ou des pratiques de concubinage avec des femmes africaines qui tranche avec l'entre-soi des colons d’origine métropolitaine. Ainsi, dans le cadre d'un ordre colonial fondamentalement basé sur une stricte séparation des corps et des modes de vie et sur l'imperméabilité des contacts entre Blancs et Noirs (Stoler, 2002:19-39), les Syro-Libanais acquièrent une place d'intermédiaires commerciaux, sociaux et raciaux entre Français et Africains, quitte à se voir disqualifier comme ceux qui « vivent à l'indigène »11 aux yeux du colonisateur.

Le tournant de l'après-guerre puis de la crise des années 1930 : des immigrés désormais stigmatisés.

  • 12 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Rapport du Service des Affaires musulmanes sur le « Voyage de M. le Gouverneur (...)
  • 13 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du Gouverneur général de l'A.O.F au ministre des Colonies du 8 octobre (...)
  • 14 Ibid.

16 Au lendemain de la Première Guerre mondiale, différents facteurs se conjuguent pour rendre la présence syro-libanaise en A.O.F de plus en plus préoccupante pour l'administration coloniale. Le rétablissement de la liberté de circulation en Méditerranée permet la reprise des courants migratoires syro-libanais alimentés par une conjonction de facteurs socio-économiques mêlant pression démographique, morcellement des propriétés agricoles qui lui est lié, et crise persistante de l'industrie de la soie. Les brèves phases d'essor qui émaillent la période, entre 1923-1924 d’abord puis en 1937 après la phase de crise économique commencée en 1929, se traduisent même par des pics d'entrée dans la colonie, les migrants étant en mesure de réunir le capital nécessaire pour entreprendre le coûteux voyage (Arsan, 2014 : 42). L'eldorado ouest-africain apparaît d'autant plus attrayant pour les candidats au départ que la guerre et la mobilisation des métropolitains semble avoir créé de nouvelles opportunités commerciales pour les immigrés en A.O.F. Soixante-quinze pour cent des agents des compagnies commerciales françaises d'A.O.F étaient ainsi absents de la colonie entre 1914 et 1918 (M'Bokolo, 2008 : 339). Dès 1924, le Gouverneur général André Bonamy note le poids des fortunes de guerre accumulées par les commerçants syro-libanais pendant le conflit comme motivation à l'arrivée de plus de 2 000 nouveaux immigrés au Sénégal12. L'information sur les possibilités commerciales offertes par l'A.O.F se diffuse également au Liban. Cette phase plus intense correspond aussi à l'entrée en migration de nouvelles communautés issues des régions du Liban Sud à majorité chiite et, dans une moindre mesure, de villages du Mont-Liban voisins des noyaux originels de l'émigration syro-libanaise en A.O.F, comme celui de Qabb Elias proche de Beit Chabab. Les régions traversées par de grands axes de communication qui permettent la circulation des hommes et de l'information relative aux succès économiques des migrants (souvent exagérément fantasmés) deviennent aussi d'importants foyers d'émigration. Le village de Qabb Elias est par exemple situé sur la route Beyrouth-Damas, principale voie de communication à travers le Mont-Liban, et se trouve ainsi susceptible de recevoir ces récits plus ou moins mythifiés (Arsan, 2014 : 62). Quelle que soit la précision des estimations consultables, il n'en demeure pas moins que ces brefs épisodes de hausse sensible du nombre de migrants syro-libanais ont des effets politiques bien réels. Ces hausses subites entraînent la mobilisation de groupes sociaux redoutant la concurrence exercée par les Syro-Libanais, et en premier lieu les petits commerçants métropolitains. Ces derniers, principalement urbains et disposant d'un capital plus difficile à amortir, militent régulièrement par le biais de pétitions adressées aux autorités coloniales et par la création d'associations professionnelles pour un encadrement, une limitation, voire une fermeture des frontières de la colonie. À partir des années 1930, l'argumentaire utilisé par ces représentants des commerçants métropolitains se teinte d'une rhétorique protectionniste, xénophobe, voire raciste, mais aussi anti-capitaliste, sur le même modèle que celui utilisé par les organisations d'artisans et commerçants en métropole (Zalc, 2010). Ainsi Jean Paillard, président d'un « Syndicat Coopératif et Économique du Sénégal », fondé en 1935, édite différentes brochures dans lesquelles il annonce la « fin des Français en Afrique Noire », qui seraient évincés de la colonie par des pratiques « malhonnêtes » ou « véreuses » des commerçants syro-libanais13. Leur argumentaire repose aussi sur une défense du petit commerce contre les grandes maisons de commerce et l'industrie capitaliste qui n'auraient pas hésité à favoriser l'implantation de ces migrants dans l'espoir d'accroître leur zone de chalandise (les maisons NOSOCO, la CFAO, Maurel et Prom sont par exemple explicitement citées14).

  • 15 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du Gouvernement général de l' A.O.F au ministère des Colonies du 20 jan (...)
  • 16 ANOM, FRANOM1513 /COL11 : Lettre du ministre des Colonies au Gouverneur général de l'A.O.F du 10 ma (...)

17 Cette demande sociale pour un contrôle accru des migrants rencontre un écho favorable à la suite du tournant « autarchique » de la politique coloniale française (Marseille, 2005 (1984) : 259) d'autant plus que la Première Guerre mondiale a donné l'occasion aux États en général de renforcer leur dispositif d'identification et de contrôle des populations (Torpey, 2005). Ainsi, les épisodes de hausse subite du nombre d'entrée des migrants donnent lieu à une véritable inflation réglementaire. Différents projets de règlements sont ainsi élaborés en 1924-1925, 1931-1932, 1935 et 1937 afin de renforcer des mesures prises à partir de 1905 mais qui étaient alors surtout destinées à prévenir l'entrée de migrants malades et susceptibles de propager des épidémies dans les colonies. Avec ces nouvelles réglementations, les migrants doivent désormais prouver leur identité, leur état de santé, leur moralité en justifiant de charges de famille ou de garants dans la colonie, et leur capacité à subvenir à leurs besoins en versant une caution couvrant d'éventuels frais de rapatriement. En 1937, ceux-ci doivent même présenter une autorisation à exercer une profession15. Cette volonté de contrôle s'effectue cependant dans un cadre contraint par les engagements diplomatiques de la France qui joue un rôle de protectrice traditionnelle des populations syro-libanaises, et notamment des communautés chrétiennes et qui, dans le cadre de son rôle mandataire après 1920, cherche à se constituer une clientèle au Liban et en Syrie en se montrant accommodante avec ces populations. Les arbitrages entre la rue Oudinot, où se trouve le ministère des Colonies, et le Quai d'Orsay tournent ainsi systématiquement en faveur de ce dernier, les intérêts diplomatiques français étant jugés prioritaires (Arsan, 2014 : 99-123). La question de l'accès des commerçants syro-libanais aux marchés publics de la Fédération, réglée en 1932, est décisive pour la consolidation de leur statut dans la colonie. Au printemps 1932, les services du Quai d'Orsay invalident l'annulation par le Gouverneur général Brévié d'un appel d'offre remporté par un commerçant syrien pour la livraison de 700 tonnes de mil pour un bataillon français stationné en Haute-Volta16. Le Gouverneur Brévié avait motivé sa décision d’annulation par une circulaire du 17 mars 1931 de Pierre Laval, alors Président du Conseil, relative à « la protection de l'économie nationale » alors que les obligations associées aux conventions mandataires de 1922 offrent la possibilité aux Syro-Libanais de se placer sur les appels d’offre. C'est finalement cette voie qui s'impose lorsque André Tardieu, ministre des Affaires étrangères, est amené à arbitrer ce litige en février 1932, définissant par là même un nouveau statut pour les migrants basé sur une égalité de traitement, à l'encontre des revendications des représentants des commerçants métropolitains.

18

Des immigrés dangereux ? Les Syro-Libanais dans l'ordre impérial français.

  • 17 L'islam est perçu par l'autorité coloniale comme une idéologie particulièrement subversive qui devi (...)
  • 18 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du ministre des Colonies au Gouverneur Général de l'A.O.F du 27 février (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du Gouverneur général de l'A.O.F au ministre des Colonies du 21 juillet (...)
  • 22 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du ministre des Colonies au Gouverneur général de l'A.O.F du 27 février (...)
  • 23 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du ministre des Affaires Étrangères au ministre des Colonies du 29 janv (...)

19 La question de l'adhésion des migrants syro-libanais à l'ordre impérial peut être appréhendée au travers des liens et des effets-retours de la migration entre Liban, Syrie et A.O.F. En effet, en bénéficiant grâce à leurs succès économiques en A.O.F d'une ascension sociale vers les classes moyennes, lesquelles deviennent des moteurs du nationalisme au Proche-Orient, statut souvent affiché de façon ostentatoire au sein de leur communauté d'origine (Khater, 2001), certains immigrés jouent le rôle de véritables modernisateurs politiques de leur patrie d'origine (Watenpaugh, 2006), dont certaines régions, comme le Jabal Amil (Mervin, 2000) connaissent alors une grande ébullition intellectuelle. L'engagement nationaliste, dont le cadre reste encore flou en ce début du xxe siècle imprégné du contexte de la Nahda, apparaît comme la manifestation principale de cette nouvelle prétention des immigrés d'A.O.F envers leur communauté d'origine. Mais cet engagement a tôt fait de les déqualifier et de les transformer en immigrés indésirables aux yeux du pouvoir colonial français engagé à la fois en A.O.F et au Liban et en Syrie. Dans ce contexte, la position des immigrés d’A.O.F, et notamment celles des musulmans17, devient périlleuse dans la mesure où les idéologies professées sont jugées subversives par le pouvoir colonial français. La France exerce en effet un pouvoir mandataire sur des États qu’elle a créés et dont elle a dessiné les frontières, lesquelles sont contestées car elles ne correspondent pas à certaines aspirations nationales, notamment celles qui cherchent à promouvoir une Grande Syrie. C'est d'ailleurs un véritable nationalisme syrien qui se structure et s'exprime chez les immigrés d'A.O.F (Arsan, 2014 : 221). Des journaux tenus par les migrants sont ainsi édités18 et des migrants mènent un certain activisme politique non seulement en direction des autres immigrés mais aussi en direction de leur communauté d'origine, assumant une volonté paternaliste d'instruire leurs compatriotes (Gelvin, in Jankowski, 1997). Les services de renseignement du gouvernement général de l'A.O.F surveillent ainsi des organisations comme le « Comité syrien de relèvement mutualiste », qui semble plutôt engagé dans le réformisme musulman et qui finance une bibliothèque de Nabatiyeh, « la librairie du Djébel Amal »19, ainsi que des militants nationalistes comme Mohamed Hilal, né à Tyr en 1900 et installé à Dakar en 1920, qui organisa notamment une cérémonie en hommage au roi Fayçal lors de son décès en 1933 et qui créa une « Association de Bienfaisance Amélite »20. Les autorités françaises manifestent explicitement leur inquiétude d'une contagion envers les populations africaines de ce qu'elles qualifient de panislamisme. L'inquiétude du pouvoir colonial face à ces immigrés politisés se manifeste à partir des années 1930 par un renforcement des mesures de surveillance. Ceux qui s'engagent dans des activités d'ordre intellectuel comme le journalisme ou l'imprimerie sont particulièrement ciblés et font l'objet de fiches de renseignement ou de mesures d'éloignement de la Fédération comme l'illustre le recours au « retrait de la carte d'identité d'étranger valant permis de séjour en A.O.F par application du décret du 12 janvier 1932 »21. Les migrants proches de Mohamed Hilal sont particulièrement surveillés, à l’instar d'Ibrahim Darwiche Tham qualifié d'« homme de paille »22 de Hilal. Ce tailleur né à Tyr en 1907 et installé dans la colonie en 1924 finit par ouvrir une librairie-imprimerie en 1931 dans laquelle il diffuse plusieurs revues critiques à l’égard de la politique mandataire française en Syrie et au Liban comme la revue Al-Irfah, éditée à Saïda et interdite en A.O.F dès 1930, la revue Al-Chark Al-Arabi et un journal libanais, Al-Jadid, pour lequel il est correspondant à Dakar tout en participant aux collectes de souscription organisées dans la Fédération pour assurer le financement des organisations menées par Mohamed Hilal. La venue d'éminents penseurs nationalistes syro-libanais inquiète aussi particulièrement les services de renseignement de la colonial, que ce soit celle de Chakib Arslan en 1932 ou celle d'un proche du Dr Chahbandar, Tayssir Zabian, un des principaux meneurs de l'opposition au Traité franco-syrien de 1936 et directeur des bureaux d'information du « Comité Syro-Palestinien » du Caire, un des plus grands groupes nationalistes de la diaspora syro-libanaise. La rumeur de sa venue dans la Fédération au début de l'année 1937 suffit pour motiver le refus du Haut Commissaire de Beyrouth et du ministre des Colonies Maurice Violette de lui accorder le visa d'entrée23.

L'adhésion à l'ordre impérial français : un facteur de clivage parmi les immigrés ?

  • 24 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Gouvernement général de l'A.O.F. Police et sûreté générale. Rapport in Lettre (...)
  • 25 ANOM, 14AFFPOL/1417 : Syriens et Libanais résidant au Sénégal : fiches de renseignement.

20 Cette question du « nationalisme en diaspora » demeure cependant clivante à l'échelle de l'ensemble des immigrés d’A.O.F du fait de l'existence parallèle de comités affichant au contraire leur adhésion à l'administration coloniale et appelant même à une limitation de l'immigration syro-libanaise jugée trop importante et désorganisée dans les années 193024. Ces comités sont les véritables intermédiaires entre les Syro-Libanais francophiles et les autorités coloniales en A.O.F. Cette proximité des comités syro-libanais au pouvoir colonial français est également intéressée dans la mesure où ils manifestent leur adhésion aux projets d'encadrement de l'immigration syro-libanaise lorsque les flux d'entrées connaissent des hausses rapides : il s'agit alors de se prémunir contre une concurrence commerciale incarnée par les nouveaux venus. Mais sans surprise, cette proximité vaut aussi aux membres des comités syro-libanais l'opprobre des nationalistes. Une fiche de renseignement concernant un proche de Mohamed Hilal, Chicri Daguerre, un migrant originaire de Jounieh, installé à Dakar et rédacteur de « L'Afrique commerciale », fait état d'une condamnation en 1934 pour diffamation à l'encontre d'un membre du Comité Libano-Syrien de Dakar et précise « qu'il jouit d'une mauvaise réputation dans les milieux libano-syriens »25 qui dans les mots de l'administration française désignent ici les immigrés proches de ses vues.

  • 26 ANOM, 1AFFPOL/1432 : « Rapport du Comité Syro-Libanais du Siné-Saloum » in Lettre du Gouverneur gén (...)

21 Cependant, le positionnement de ces comités est également de plus en plus déterminé par les campagnes xénophobes menées par les représentants des commerçants métropolitains dans les années 1930. Les comités se consacrent alors logiquement à défendre l'image des migrants auprès du pouvoir français et invite à une sélection des migrants au Liban. Le « Comité Syro-Libanais du Siné-Saloum » explique ainsi au Gouverneur général de l'A.O.F en 193826 que les nouveaux migrants ont été dupés sur « la situation en A.O.F et se sont ruinés à vendre à vil prix les petits terrains qu'ils possédaient pour venir tenter leur chance dans ce pays [le Sénégal] ». Les propositions de ce comité s'inscrivent bien en réaction aux attaques des commerçants métropolitains et place la politique française face à ces engagements contradictoires en A.O.F et au Levant dans un contexte où de surcroît les modèles nazi et fasciste exercent un attrait sur certaines forces politiques libanaises, à l'image des Phalanges (Kataëb) de Pierre Gemayel fondées en 1936 (Khuri-Makdissi, 2010) :

« Vous permettrez à ces compatriotes de ne plus quitter leur foyer à la légère [...]. Ce n'est pas au temps où la propagande étrangère se fait sentir […] particulièrement dans le Levant que l’Administration française doit se montrer la plus sévère vis-à-vis du peuple Libano-Syrien. Au contraire, l'Administration française doit couvrir ces protégés de la bienveillance pour ne pas les laisser attirer par une propagande dangereuse ».

22 Motivations humanitaires, commerciales et diplomatiques se mêlent ainsi dans la position des comités syro-libanais pour consolider une relation de coopération longuement établie entre une frange bien établie de la communauté migrante et le pouvoir colonial français en A.O.F.

23

Conclusion

24 L'articulation entre les contextes syro-libanais et ouest-africain dans lesquels se développent les chaînes migratoires étudiées permet de cerner la diversité et la complexité des facteurs déterminants les parcours d'individus évoluant dans l’espace impérial français. Dans un premier temps, les émigrés évoluent selon un cadre fortement structuré par leur communauté d'origine et dans des réseaux finement hiérarchisés. Le départ du Liban ou de Syrie, l'arrivée en A.O.F puis la vie entre la colonie et le foyer d'origine reposent sur un capital économique et social inégalement réparti entre les individus. En effet, dans un contexte où les relations économiques sont fortement encastrées (Polanyi, 1944), l'émigration/immigration dépend de l'accès à un ensemble de ressources socio-économiques (crédit, liens de parentèle ou d'interconnaissance etc.) et d'informations qui circulent au sein de réseaux bien établis qui éloignent l'immigré de la figure de l'aventurier, le chemin vers la migration étant finement balisé et les individus inégalement disposés à s'engager vers celui-ci.

25 Le contexte colonial dans lequel finissent par se développer ces chaînes migratoires entre Liban, Syrie et A.O.F détermine quant à lui la probabilité d'une pérennité de la vie en A.O.F en définissant un statut de désirabilité pour le pouvoir colonial français. En effet, les impératifs de la gestion coloniale de l'Afrique de l'Ouest peut rendre l'immigré tout aussi bien désirable que subversif, bien que le cadre contraint des engagements diplomatiques français au Liban et en Syrie dans lequel elle se déploie semble rendre difficile un éloignement définitif. Cette étude laisse encore plusieurs perspectives en suspens dont l'exploration permettrait de cerner plus finement la gestion de cette immigration par le pouvoir colonial français ainsi que les clivages au sein de la population syro-libanaise d’A.O.F, avec notamment la question soulevée par l'émergence progressive d'une population musulmane regardée d'un œil bien plus suspicieux, d'autant plus qu'elle présente des affinités potentielles avec les populations africaines locales placées elles aussi sous le joug colonial.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques.

AKARLI Engin, 1993, The Long Peace : Ottoman Lebanon 1860-1920, Berkeley, University of California Press.

ARSAN Andrew, 2014, Interlopers of Empire. The Lebanese Diaspora in Colonial French Africa, Londres, Hurst & Company.

BONIN Hubert, 1987, C.F.A.O. Cent ans de compétitions, Paris, Economica.

CHEVALLIER Dominique, 1982, La Société du Mont-Liban à l'époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, Geuthner.

CONKLIN Alice, 1997, A Mission to Civilize. The Republican Idea of Empire in France and West Africa, 1895-1930, Stanford, Stanford University Press.

COQUERY-VIDROVITCH Catherine et al., 1992, L'Afrique occidentale au temps des Français, colonisateurs et colonisés, Paris, La Découverte.

DESBORDES Jean-Gabriel, 1938, L'Immigration libano-syrienne en Afrique Occidentale Française, Poitiers, Imprimerie moderne.

FONTAINE Laurence, 1993, Histoire du colportage en Europe, XVe-XIXe siècles, Paris, Albin Michel.

GOERG Odile, 1986, Commerce et colonisation en Guinée, 1850-1913, Paris, L'Harmattan.

HOURANI Albert et al., 1993, The Lebanese in the World. A Century of Emigration, Londres, I.B. Taurus.

JANKOWSKI James et al., 1997, Rethinking Nationalism in the Arab Middle East, New York, Columbia University Press.

KHATER Fouad, 2001, Inventing Home. Emigration, Gender and the Middle Class in Lebanon, 1870-1920, Berkeley, University of California Press.

KHURI-MAKDISSI Ilham, 2010, The Eastern Mediterranean and the Making of Global Radicalism, 1860-1914, Berkeley, University of California Press.

LEVITT Peggy, 2001, The Transnational Villagers, Berkeley, University of California Press.

MACDONALD John, MACDONALD, Leatrice, 1964, « Chain Migration, Ethnic Neighborhood Formation and Social Networks », The Milbank Memorial Fund Quaterly, vol. 42, n°1, Toronto, p. 82-87.

MARFAING Laurence, 1991, L'Evolution du commerce au Sénégal, 1820-1930, Paris, L'Harmattan.

MARSEILLE Jacques, 2005 (1984), Empire colonial et capitalisme français. Histoire d'un divorce, Paris, Albin Michel.

M'BOKOLO Elikia, 2008 (1992), Afrique noire. Histoire et civilisation. Tome II : du XIXe siècle à nos jours, Paris, Hatier-AUF.

MERVIN Sabrina, 2000, Un réformisme chiite. Ulémas et lettrés du Gabal Amil (actuel Liban-Sud) de la fin de l'Empire ottoman à l'indépendance du Liban, Paris, Karthala.

POLANYI Karl, 2009 (1944), La grande transformation, Paris, Gallimard.

RADA NASSER Liliane, 2010, Ces Marseillais venus d'Orient. L'immigration libanaise à Marseille aux XIXe et XXe siècles, Paris, Karthala.

SAFA Elie, 1959, Essai sur l'émigration libanaise, Beyrouth, Presse de l'Université Saint-Joseph.

SAYAD Abdelmalek, 1999, La double absence, Paris, Seuil.

STOLER Ann, 2013 (2002), La Chair de l'empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte.

TORPEY John, 2005, L'invention du passeport, Paris, Belin.

WATENPAUGH Keith, 2006, Being Modern in the Middle East. Revolution, Nationalism, Colonialism and the Arab Middle Class, Princeton, Princeton University Press.

ZALC Claire, 2010, Melting Shop. Une histoire des commerçants étrangers en France, Paris, Perrin.

Haut de page

Notes

1 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), Beyrouth consulat, série A, Affaires consulaires. Émigration, 1891-1914, 92PO/A/240 : Rapport de mission du Lieutenant-Gouverneur de Guinée Georges Poulet, 1911.

2 Nous retenons ici la dénomination de « Syro-Libanais », largement utilisée dans les sources, bien que les exemples cités ne concernent que des migrants des régions du Liban.

3 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), Beyrouth consulat, série A, Affaires consulaires. Émigration, 1891-1914, 92PO/A/240 : Rapport de mission du Lieutenant-Gouverneur de Guinée Georges Poulet,

4 L'aîné, Assef, né dans ce village du Metn en 1883, arriva en Guinée en 1905 où il fut enregistré au port de Conakry. Il accumula dans les années 1930 un patrimoine de 200 000 francs. L'arrivée plus tardive d'autres membres d'une famille Koussayer, comme celle de Farès en 1919 qui finit par acquérir des plantations d'hévéa à Boffa à 150 kilomètres de Conakry, illustre l'immigration de cellules familiales dans la colonie et la vie de cette chaîne migratoire. Archives Nationales d'Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence, Syriens et Libanais résidant à Conakry, fiches de renseignements, 1AFFPOL/1408.

5 Au sein de cette famille, nous connaissons mieux le parcours de Khalil, né en 1904 et arrivé en Guinée en 1921. En 1945, celui-ci était connu comme le gérant d'une société de négoce, Fakhoury Frères, et disposait d'un capital estimé à 1 200 000 francs. ANOM, Syriens et Libanais résidant à Conakry, fiches de renseignements, 1AFFPOL/1408.

6 CADN, Beyrouth Consulat, série A, Affaires consulaires. Émigration, 1891-1914, 92PO/A/240 : Lettre du consul de France à Beyrouth au ministre des Affaires Étrangères du 30 octobre 1931.

7 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 4M2152 : « Affaire Sursock (1891) » et « Affaire Loufti (1893-1897) » : l'activité de ces intermédiaires indépendants ou sous contrat avec les compagnies de navigation nous sont connues ici par les dépôts de plainte de migrants syro-libanais à leur encontre à propos de litiges commerciaux (vente de billets ou de marchandises à troquer dans les colonies).

8 ANOM, 1AFFPOL1432 : « Rapport du Comité Syro-Libanais de Siné-Saloum » in Lettre du Gouverneur général de l'A.O.F au ministre des Colonies du 26 janvier 1938.

9 ANOM, 1AFFPOL1432 : PAILLARD Jean, « Laissera-t-on le troisième port français, Dakar, aux mains des étrangers ? » in L'Action Française, numéro du 24 janvier 1938, repris in Lettre du Secrétaire général du gouvernement général de l'A.O.F au ministre des Colonies du 26 janvier 1938.

10 ANOM, 1AFFPOL1432 : Lettre de l'Union coloniale au ministre des Colonies du 21 octobre 1935.

11 Selon la mention indiquée sur les fiches de renseignements de migrants condamnés pour leur morale « dissolue » ou pour leur pauvreté qui les condamne à vivre selon les standards de confort africains et au milieu de ces populations. ANOM, 1AFFPOL/1408 : Syriens et Libanais résidant à Conakry, fiches de renseignements.

12 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Rapport du Service des Affaires musulmanes sur le « Voyage de M. le Gouverneur Bonamy en Syrie » du 23 avril 1924.

13 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du Gouverneur général de l'A.O.F au ministre des Colonies du 8 octobre 1935.

14 Ibid.

15 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du Gouvernement général de l' A.O.F au ministère des Colonies du 20 janvier 1938 .

16 ANOM, FRANOM1513 /COL11 : Lettre du ministre des Colonies au Gouverneur général de l'A.O.F du 10 mai 1932.

17 L'islam est perçu par l'autorité coloniale comme une idéologie particulièrement subversive qui devient à ses yeux une catégorie politique servant à désigner les formes de contestation plus ou moins affichée de sa politique par les migrants syro-libanais surveillés pour leurs « activités musulmanes occultes ».

18 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du ministre des Colonies au Gouverneur Général de l'A.O.F du 27 février 1937.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du Gouverneur général de l'A.O.F au ministre des Colonies du 21 juillet 1936.

22 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du ministre des Colonies au Gouverneur général de l'A.O.F du 27 février 1937.

23 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Lettre du ministre des Affaires Étrangères au ministre des Colonies du 29 janvier 1937.

24 ANOM, 1AFFPOL/1432 : Gouvernement général de l'A.O.F. Police et sûreté générale. Rapport in Lettre du ministre des Colonies au Gouverneur général de l'A.O.F du 3 décembre 1923. Les « Comités Syro-Libanais », « Comités Libano-Syriens » ou « Comités Libanais » fondés dans différentes régions du Sénégal comme dans le Siné-Saloum, à Diourbel ou à Dakar, manifestèrent leur souhait de voir limitée l'immigration arguant de l'incapacité d’intégrer les migrants par le logement et le travail. L'auteur de ce rapport note également les craintes exprimées par les migrants plus anciennement établis de la concurrence qu'exerceraient ces nouveaux migrants.

25 ANOM, 14AFFPOL/1417 : Syriens et Libanais résidant au Sénégal : fiches de renseignement.

26 ANOM, 1AFFPOL/1432 : « Rapport du Comité Syro-Libanais du Siné-Saloum » in Lettre du Gouverneur général de l'A.O.F au ministre des Colonies du 26 janvier 1936.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Charnay, « Les Syro-Libanais en Afrique Occidentale Française (A.O.F) des années 1880 à 1939 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Etudes libres inédites, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9745

Haut de page

Auteur

Julien Charnay

Université Paris-Nanterre, Institut des dynamiques historiques de l'économie et de la société, UMR 8533 ; Julien_Charnay@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page